Wiesmann dévoile la Project Thunderball

Chargement en cours
Wiesmann dévoile la Project Thunderball
Wiesmann dévoile la Project Thunderball
1/11
© Motorlegend
A lire aussi

, publié le 28 avril

Le constructeur allemand Wiesmann revient sur le devant de la scène après plusieurs années d'absence, avec le Project Thunderball, un roadster animé par une cavalerie purement électrique.

L'histoire de Wiesmann débutée en 1985 sous l'impulsion des frères Martin et Friedhelm Wiesmann, a pris un mauvais tournant en 2014 quand de lourdes complications financières ont bien failli lui être fatale. Sans la volonté des entrepreneurs britanniques Roheen et Sahir Berry, qui l'ont racheté en 2015, Wiesmann ne présenterait pas aujourd'hui ce nouveau projet qui se place dans la droite ligne de ses productions passées (d'un point de vue du design tout au moins).

Ce nouveau modèle qui répond au nom de Project Thunderball, se présente sous la forme d'un roadster deux places propulsé par deux moteurs électriques positionnés sur son axe arrière, développant au total quelque 680 ch (500 kW) et 1 100 Nm. Ce groupe électrique qui constitue une première pour la marque, propulse le véhicule de 0 à 100 km/h en seulement 2.9 secondes (0 à 200 km/h en 8.9 secondes), malgré son poids relativement élevé (1 775 kg).

Cette motorisation associée à une architecture 800 volts, est alimentée par une batterie de 92 kWh (83 kWh disponibles) qui offre jusqu'à 500 km d'autonomie, cinq niveaux de récupération d'énergie (au freinage) étant par ailleurs proposés pour limiter la consommation.

Extérieurement ce nouveau roadster qui repose sur un set de jantes Wiesmann Aero1 de 21 pouces, conserve l'ADN de la marque en reprenant des éléments de design à ses précédents roadsters, avec en particulier des lignes arrondies et une grille de calandre en forme de goutte d'eau, intégrée ici à un bouclier aux formes revisitées.

L'habitacle du véhicule habillé de cuir, de fibre de carbone et d'aluminium poli, accueille de son côté des sièges construits autour de coques en fibre de carbone, un large écran tactile pour le système d'infodivertissement (intégré à la console centrale), ainsi qu'une instrumentation proposée sous la forme de multiples cadrans positionnés sur le tableau de bord, et d'un écran placé derrière le volant.

Wiesmann doit encore apporter quelques précisions concernant son roadster qui sera produit sur le site allemand de Dülmen, et notamment annoncer son prix ainsi que ses disponibilités. Le Project Thunderball est toutefois dès à présent disponible à la commande si vous êtes intéressé.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.