Usine Ford de Blanquefort : un été sous tension

Chargement en cours
Usine Ford de Blanquefort : un été sous tension
Usine Ford de Blanquefort : un été sous tension
1/2
© Motorlegend
A lire aussi

publié le 7 août

L'été automobile se veut décidément feuilletonnant. Après les rebondissements du mariage avorté entre FCA et Renault, voici que Ford se trouve à nouveau sous les feux des projecteurs. C'est évidemment la fermeture de l'usine de Banquefort, une unité située près de Bordeaux et qui produisait des boites de vitesses, qui vaut à l'Ovale bleu quelques déconvenues.

Rappel des faits. Ouverte en 1970, celle qui est la dernière usine Ford installée en France, a connu son apogée au tournant du siècle, comptant alors jusqu'à 3 600 salariés. L'activité se réduit ensuite peu à peu, au même rythme que les effectifs, avant que l'usine ne soit cédée, en 2009, à HZ Holding, une entreprise allemande qui projette d'y fabriquer des éléments d'éolienne. Ce projet capote rapidement, contraignant Ford à réinvestir les lieux en 2011.

L'activité n'ayant depuis jamais atteint son rythme de croisière, Ford annonce une nouvelle fois qu'il va fermer cette usine. Le prétexte est économique, ce que les employés et les syndicats refusent de reconnaitre. S'en suit un feuilleton judiciaire qui débouche, le 2 juillet dernier, sur une décision du Tribunal de grande instance de Bordeaux qui se déclare incompétent pour juger de la validité de ce motif tant que l'usine n'était pas fermée.

Mercredi 24 juillet, les salariés se voient refuser l'accès à l'usine. Ils apprennent alors que la production est stoppée et qu'ils sont priés de vider leurs placards. Un choc pour les centaines de personnes toujours officiellement sous contrat avec Ford.

Entre-temps, la CGT a fait appel de la décision du TGI. Le verdict de

Vos réactions doivent respecter nos CGU.