Un écran de 56 pouces et de l'IA pour la Mercedes EQS

Chargement en cours
Un écran de 56 pouces et de l'IA pour la Mercedes EQS
Un écran de 56 pouces et de l'IA pour la Mercedes EQS
1/9
© Motorlegend
A lire aussi

, publié le 18 janvier

Le MBUX (Mercedes-Benz User Experience) Hyperscreen est l'un des points forts de la prochaine Mercedes EQS (voiture électrique qui devrait se positionner en face le Tesla Model S). Visuellement impressionnant et facile à utiliser, ce grand écran incurvé ne mesure pas moins de 56 pouces (soit environ 1,40 mètre) et s'étend sur presque toute la largeur du tableau de bord. Mais en réalité, il ne s'agit pas d'un seul et unique écran, mais plutôt de trois qui sont habillement placés pour en donner l'illusion. Chaque écran a une fonction bien précise, avec un écran d'instruments, un écran d'infodivertissement et un pour le passager avant. Notez que les buses de ventilation à l'aspect turbine, désormais devenues une signature pour Mercedes, sont intégrées dans la surface d'affichage à gauche et à droite.

Pour réaliser ce tableau de bord incurvé, le constructeur a dû utiliser un procédé de moulage par injection. On se retrouve donc en présence d'une pièce entièrement réalisée en plastique. Pour redonner un peu de sensation aux utilisateurs, pas moins de 12 actionneurs fournissent un retour haptique. Ainsi, dès lors que l'on touche une icône, une petite vibration s'active pour vous indiquer que vous avez bien appuyé dessus. Concernant les écrans eux-mêmes, c'est la technologie OLED qui a été privilégiée. Celle-ci a pour avantage d'offrir une image plus lumineuse et contrastée, ce qui est bien entendu un atout dans une voiture. La luminosité des écrans s'adapte automatiquement à l'environnement à l'aide d'une caméra et d'un capteur de luminosité. Un bandeau lumineux souligne agréablement l'Hyperscreen dans sa zone inférieure et donne l'impression qu'il est en lévitation.

Outre ces caractéristiques, le système est doté d'une intelligence artificielle (IA), qui permet de proposer à l'utilisateur des suggestions appropriées pour les fonctions d'infodivertissement, de confort et du véhicule, en fonction de la situation. Le but est tout simplement de simplifier l'utilisation des fonctions qui sont devenues de plus en plus complexes et nombreuses. Mercedes indique ainsi que les utilisateurs n'auront plus à chercher des fonctions dans les sous-menus. Par exemple, le véhicule sera capable de proposer un journal d'appel personnalisé, d'adapter le réglage de la température des sièges et de l'habitacle, de lire une playlist ou de sélectionner une radio spécifique ou encore d'adapter la hauteur de caisse en fonction de sa localisation. Et tout cela sur la base d'un profil personnalisé. Il ne s'agit ici que d'un aperçu du potentiel, mais gageons qu'en piochant dans le catalogue des options, on pourra imaginer de nombreux scénarii.

Pour faire fonctionner un tel système, Mercedes indique avoir implémenté un processeur composé de huit cœurs et 24 gigaoctets de mémoire RAM. Ainsi parée, une vingtaine de fonctions adaptées peuvent être proposées simultanément. Ces fonctions sont proposées lorsque le système estime qu'elles sont pertinentes à l'instant T. Évolutif, le système apprendra les habitudes du conducteur et ses goûts de jours en jours.

Le système MBUX (Mercedes-Benz User Experience) n'est bien sûr pas nouveau, puisqu'il a été introduit sur la Classe A en 2018. Depuis, il a été déployé sur d'autres modèles de la gamme et le fleuron de la marque, la Classe S, vient de recevoir la deuxième génération du MBUX. Mais avec le MBUX associé à l'hyperscreen, l'EQS devrait toutefois monter encore d'un cran et faire figure de mètre étalon.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.