Stationnement : des quotas à Paris

Chargement en cours
Stationnement : des quotas à Paris
Stationnement : des quotas à Paris
1/3
© Motorlegend
A lire aussi

publié le 15 mars

Depuis le 1er janvier, le contrôle du stationnement a été confié par la mairie de Paris à deux sociétés privées, Streeteo et Moovia. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que la transition ne va pas comme sur des roulettes. Les scandales se multiplient : après les agents contrôlés positifs au cannabis, circulant sans permis, ou verbalisant sans être assermentés, après les contrôles bidons pour faire du chiffre, le Canard Enchaîné révélait mercredi de nouvelles dérives du système.

Première révélation : le contrat signé entre la mairie et les deux sociétés privées impose un quota de contrôles quotidiens, sous peine de sanctions financières. Au total, Moovia et Streeteo doivent effectuer au minimum 74 900 contrôles chaque jour ! Accessoirement, elles doivent délivrer un nombre minimum (non précisé) de FPS ("forfait post stationnement", le nouveau nom des "prunes") par jour, sous peine, là encore, de sanctions financières. Enfin, les contestations (recours administratifs préalables obligatoires, ou RAPO) pour verbalisation abusive doivent si possible passer à la trappe, car "un nombre de RAPO gagné par les usagers trop élevé" entraîne, lui aussi, des pénalités.

Avec de telles contraintes, on comprend mieux la tentation des délégataires de franchir la ligne jaune...

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU