Scandale du diesel : et si l'Allemagne était l'exemple à suivre ?

Chargement en cours
Scandale du diesel : et si l'Allemagne était l'exemple à suivre ?
Scandale du diesel : et si l'Allemagne était l'exemple à suivre ?
1/2
© Motorlegend

publié le 11 août

Outre-Rhin, les mesures destinées à retirer les diesels « non-conformes » et/ou les plus anciens se multiplient. Il y a quelques jours, nous apprenions que les constructeurs allemands allaient, au final, rappeler plus de 5 millions de voitures pour les mettre davantage en ligne avec les normes d'homologation. Pour BMW, Daimler, Opel et Volkswagen, il s'agit d'éviter que le diesel soit banni des centres des grandes villes, ce qui reviendrait à réduire sa part de marché à peau de chagrin. Inimaginable pour des groupes qui ont investi des milliards d'Euro pour développer et industrialiser des blocs qui répondent aux normes actuelles et futures. Avec ce gigantesque rappel, les autorités allemandes espèrent baisser les émissions polluantes liées à l'automobile de 25 % ! Un sacré pas en avant.

Certains constructeurs se disent, toutefois, que le moyen le plus efficace de parvenir à ce résultat serait de retirer de la circulation les diesel les plus anciens. Ford, notamment, ne cache pas son scepticisme quant à la réussite du seul rappel. La filiale allemande du géant américain vient donc d'annoncer qu'elle met en place une prime à la casse valable pour l'achat d'un modèle neuf en échange de la mise au rebut d'une autre répondant aux normes Euro 1, Euro 2 ou Euro 3. Pour le moment, ce « cadeau », dont le montant varie entre 2 000 € et 8 000 €, n'est proposé qu'aux clients allemands.

Volkswagen a également annoncé travailler sur une prime de ce type. L'objectif est de la mettre en place pour la rentrée, et en Allemagne seulement. Si son montant n'est pas encore connu, on sait déjà qu'elle sera appliquée par toutes les marques « grand public » du groupe, Porsche et Volkswagen Utilitaires compris. En parallèle, le groupe BMW vient de lancer sa prime à la casse, valide pour l'achat d'une BMW ou d'une Mini dont les rejets de CO2 sont de 130 g/km maxi, i8 exclue. Elle est de 2 000 € pour l'acquisition d'une BMW et de 1 000 € pour celle d'une Mini, à condition de rapporter, en échange une auto, répondant aux normes Euro 4 ou antérieures, quelle qu'en soit la marque, et qu'elle fonctionne au super ou au gasoil.

Il est toutefois probable que le nombre d'acheteurs qui profiteront de ces aides demeurera modeste mais on ne peut que saluer ces différentes initiatives. En France, où Renault est toujours pointé du doigt en matière de non-respect des règles d'homologation par le Captur, et en Italie, où les autorités sont toujours soupçonnées d'avoir accepté l'homologation de modèles du groupe Fiat qui seraient pourtant hors des clous, aucune mesure contraignante n'a, pour le moment, été évoquée.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU