Renault se place dans la guerre des batteries

Chargement en cours
Renault se place dans la guerre des batteries
Renault se place dans la guerre des batteries
1/3
© Motorlegend

, publié le 1 juillet

Avec le développement des véhicules électriques, la question de l'approvisionnement en batteries devient totalement stratégique et on sait qu'il s'agit là d'un marché sous tension. Pour sécuriser sa chaine d'approvisionnement, Renault Group a officialisé la signature de deux partenariats vitaux pour la poursuite de la transition vers l'électrique.

Le premier a été signé avec Envision AESC et concerne l'implantation d'une gigafactory à Douai, au cœur donc du pôle industriel ElectriCity dont nous vous parlions il y a quelques jours. Cette usine géante sera en 2024 capable d'atteindre une production de 9 GWh et 24 GWh en 2030. L'investissement sera de deux milliards d'euros et concernera la fabrication de batteries évoluées à faibles émissions carbone et compétitives en termes de coût, des batteries qui équiperont notamment la future R5.

Lei Zhang, fondateur et directeur général d'Envision Group, évoque cet accord : « La mission d'Envision Group est d'être le partenaire technologique net zéro pour les entreprises, les gouvernements et les villes du monde entier. Nous sommes donc ravis que Renault ait choisi les batteries d'Envision AESC pour sa prochaine génération de véhicules électriques. En investissant dans la construction d'une nouvelle gigafactory dans le nord de la France, nous voulons soutenir la transition vers le zéro carbone en rendant les batteries et les véhicules électriques haute performance et à plus longue autonomie, abordables et accessibles à des millions d'automobilistes supplémentaires. Cette première phase de développement permettra de débloquer de futurs investissements à grande échelle, afin de développer la chaîne d'approvisionnement locale et d'exploiter les possibilités offertes par le cycle de vie complet des batteries, notamment le stockage d'énergie, la réutilisation des batteries, la recharge intelligente et le recyclage en circuit fermé. Cela permettra d'ouvrir la voie pour créer des milliers de nouveaux emplois verts à forte valeur ajoutée dans le cadre d'un écosystème complet de batteries dans la région. ».

Le second partenariat s'est effectué avec la jeune-pousse française Verkor dont Renault Group entend obtenir une participation de plus de 20 % dans son capital. Il s'agit ici de développer et de fabriquer des batteries haute performance à destination des futurs hauts de gamme électriques de la marque au losange et d'Alpine. Pour cela, en 2022 un centre de recherche va rapidement sortir de terre avec une ligne de fabrication pilote pour le prototypage. Une gigafactory dédiée aux batteries haute performance verra le jour en 2026 avec une capacité de 10 GWh et de 20 GWh en 2030. Renault Group et Verkor ont comme objectif de réduire de 75 % les émissions carbone produites par la fabrication de batteries en gardant le contrôle sur l'origine des matières premières.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.