Renault a vendu ses parts dans Daimler

Chargement en cours
Renault a vendu ses parts dans Daimler
Renault a vendu ses parts dans Daimler
1/3
© Motorlegend
A lire aussi

, publié le 18 mars

Ce n'est un secret pour personne : le groupe frappé du Losange est en mauvaise posture financière, surtout depuis la perte colossale de 8 milliards d'euros enregistrée en 2020. Le désendettement est donc devenu une priorité pour l'industriel français.

Ce désendettement passe par la cession des 1,55 % de Daimler-Benz, propriétaire entre autres de la marque Mercedes. Acquises en 2010, alors que les deux groupes entamaient leur collaboration technique, ses parts, qui représentaient plus de 16 000 000 d'actions, viennent d'être cédées au prix de 69,50 € l'unité. Renault vient ainsi d'engranger 1,143 milliard d'euros, ce qui ne suffira pas à sortir le groupe de la mauvaise passe qu'il traverse actuellement. L'autre membre de l'Alliance, le groupe Nissan, n'a, pour le moment, pas fait savoir qu'il désirait se défaire de sa participation - qui se monte également à 1,55 % - au profit du géant allemand.

Rappelons que, de son côté, Daimler a transféré, il y a déjà plusieurs mois, les 3,1 % qu'il possédait du groupe Renault à un fonds salarié. Pour certains, ces cessions augurent mal de l'avenir de la collaboration technique des deux entités. Un choix étrange alors que Mercedes a annoncé qu'un nouveau fruit de ce travail croisé, le Classe T, qui remplacera les petits utilitaires et ludospaces Citan, serait prochainement commercialisé.

De son côté, Renault poursuit naturellement son vaste plan de redressement, desstiné à faire plus de 2 milliards d'économies sur trois ans et qui passera, notamment, par plus de 15 000 suppressions de postes dans le monde, dont environ 4 600 dans l'Hexagone. L'ambitieux plan produit dévoilé, en début d'année, par Luca de Meo, notamment en matière de véhicules électriques, laisse toutefois assez confiant quant à la capacité du groupe français à rebondir d'ici à 2025.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.