PSA - Opel : naissance d'un nouveau géant européen

Chargement en cours
PSA - Opel : naissance d'un nouveau géant européen
PSA - Opel : naissance d'un nouveau géant européen
1/6
© Motorlegend
A lire aussi

publié le 10 mars

Le suspense n'aura pas duré longtemps. Moins de trois semaines après avoir confié être en discussion avec General Motors quant à un possible rachat d'Opel, PSA a officialisé cette transaction à la veille de l'ouverture du salon de Genève. Une opération à 1,3 milliard d'Euros, auxquels il faut ajouter 900 millions pour l'acquisition de la filiale financière de GM Europe. Mais Carlos Tavares, PDG du groupe français, table sur une rentabilisation rapide. D'ici à 2026, ce ne sont pas moins de 1.7 milliard d'Euros de synergie qui sont espérés chaque année.

Cette acquisition permet à PSA de consolider sa place de second groupe européen, derrière Volkswagen et à plus d'un million d'unités devant Renault/Dacia, troisième.

Certains observateurs doutent toutefois que cette opération se montre bénéfique à long terme. En effet, PSA était encore dans un état critique il y a trois ans, frôlant même le dépôt de bilan. Opel est encore plus mal portant puisque, depuis l'an 2000, la marque a essuyé des pertes de 15 milliards de dollars. De plus, le constructeur français se plaignait il y a peu encore, d'être trop dépendant du marché européen. Sachant qu'Opel y a écoulé, en 2016, plus de 70% de sa production, la situation n'ira pas en s'améliorant. Enfin, avec Citroën, Opel et Peugeot, PSA se retrouve désormais avec trois marques concurrentes dans son portefeuille. Les défis à venir s'annoncent dont redoutables.

En tout cas, PSA est décidé à agir vite. Le groupe a d'ores et déjà annoncé que la future Opel Corsa, prévue pour 2018, était repoussée de deux ans, le temps du lui intégrer les technologies françaises.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.