Les Zones 30 gagnent du terrain à Paris

Chargement en cours
Les Zones 30 gagnent du terrain à Paris
Les Zones 30 gagnent du terrain à Paris
1/3
© Motorlegend
A lire aussi

publié le 15 septembre

La Mairie de Paris l'a fait suffisamment comprendre : la voiture n'est plus la bienvenue dans la capitale. Anne Hidalgo et son adjoint chargé des transports Christophe Najdovski mènent depuis 2014 une politique visant à réduire la place accordée à l'automobile dans les rues de Paris. Et l'un des leviers pour y parvenir, c'est la généralisation des zones limitées à 30 km/h.

Aujourd'hui, une poignée d'arrondissements, essentiellement dans l'est de la ville, ont déjà généralisé les Zones 30. Au prochain Conseil de Paris, une délibération sera votée afin d'étendre la généralisation des Zones 30 aux Ve, VIe, VIIIe, Xe, XIVe, XVe, XVIIe et XVIIIe arrondissements. En 2020, 85% du territoire de la capitale aura suivi le mouvement.

L'objectif : "améliorer la cohabitation entre piétons, cyclistes, autos et camions". La généralisation des Zones 30 permettra notamment d'augmenter le nombre de doubles sens cyclables, et s'accompagnera de réaménagements divers (carrefours surélevés, trottoirs élargis...).

Quelle sera l'influence de cette mesure sur le trafic ? Pour C.Najdovski, elle sera nulle : « La vitesse moyenne de circulation à Paris est de 15 km/h », précise l'élu dans Le Parisien. « Les aménagements réalisés incitent bien sûr à lever le pied mais surtout à être plus prudent. Lors d'un choc entre une auto et un piéton à 30 km/h, la collision n'est pas mortelle à 80 %. Alors qu'à 50 km/h si ! »

En revanche, les effets sur la pollution seront moins évidents : la baisse de la vitesse ne devrait pas se solder par une réduction des émissions polluantes.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.