Les constructeurs auto quittent les Champs-Elysées

Chargement en cours
Les constructeurs auto quittent les Champs-Elysées
Les constructeurs auto quittent les Champs-Elysées
1/8
© Motorlegend
A lire aussi

publié le 14 décembre

Les Champs-Elysées ont toujours été l'un des hauts lieux de l'automobile à Paris. Dès le début du XXème siècle, le salon de l'automobile prend ses quartiers au Grand Palais, situé à quelques mètres de la plus majestueuse avenue parisienne. Un emplacement qu'il ne quittera qu'en 1962, le lieu étant définitivement devenu trop exigu pour les centaines d'exposants.

Dans la foulée du salon de l'automobile, les constructeurs investissent eux-mêmes les Champs-Elysées. Renault puis Citroën y ouvrent ce qui seront d'abord des concessions puis deviendront, au fil des années, des vitrines chargées de véhiculer l'image de ces marques auprès des millions de touristes qui parcourent l'avenue chaque année. Peugeot mettra plusieurs décennies avant de suivre le mouvement. Puis, plus récemment, des constructeurs étrangers y ouvriront également des showrooms : Mercedes en 1980, Toyota en 1998 et, enfin, le groupe Fiat en 2010.

Au début des années 2000, des rumeurs prêteront même au groupe Volkswagen la volonté d'investir les milliers de m² de l'ex Virgin Megastore pour y établir un showroom monumental.

L'automobile et les Champs Elysées, une histoire d'amour qui finit mal ? Il faut le croire car Mercedes et Toyota viennent, à quelques semaines d'intervalle, de déserter les lieux. Le 31 décembre, c'est le C-42, immeuble de verre occupé par Citroën depuis 1927, qui fermera, à son tour, ses portes. Officiellement, ces trois constructeurs prétextent une volonté de réorienter leur communication. La marque aux Chevrons a d'ailleurs confirmé vouloir ouvrir, d'ici à deux ans, une autre vitrine, ailleurs dans Paris.

On ne peut toutefois pas s'empêcher de voir dans ces fermetures le contre coup de loyers devenus exorbitants (celui de l'ex-emplacement Mercedes serait de 4 à 8 millions d'Euros par ans) mais aussi celui de la politique farouchement anti-voiture de l'actuelle équipe municipale. Cette dernière ne cache d'ailleurs pas sa volonté de réduire fortement, voire de supprimer, la circulation motorisée sur les Champs-Elysées. Des marques automobiles qui se mettent en avant sur une avenue piétonne, ce serait le comble.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
7 commentaires - Les constructeurs auto quittent les Champs-Elysées
  • avatar
    gamble -

    Bon, on voit le résultat immédiat des volontés d'Hidalgo, interdiction des véhicules, tout ce qu'elle est capable de faire, c'est de ramasser de l'argent pour le redistribuer à tous les paumés qui risquent de voter pour elle.

  • avatar
    jp74200 -

    pour laisser la place aux grands marques de fringues et de bouffes à emporter !

  • avatar
    fran4 -

    les constructeurs voudraient vendre toujours plus de voiture mais l'état met de plus en plus de bâtons des les roues des acheteurs.
    cherchez l'erreur.

  • avatar
    fran4 -

    les constructeurs voudraient vendre toujours plus de voiture mais l'état met de plus en plus de bâtons des les roues des acheteurs.
    cherchez l'erreur.

  • avatar
    domlas -

    La boucle se boucle.
    Je le dis depuis 15 ans. Vouloir aveuglément supprimer ce moyen de transport, c'est aussi vouloir supprimer la venue des gens transportés dans ce moyen de transports et en définitive supprimer l'arrivée de la carte bancaire détenue par ces visiteurs.
    En clair, la mort des commerçants parisiens.
    Le départ des constructeurs automobiles est une finalité. Allez faire un tour dans le spetites rues des quartiers parisiens, vous serez effarés de nombres de boutiques fermées et abandonnées depuis des années.
    Même les "grands magasins", Printemps, Galeries etc envisagent plus ou moins un départ de leur emplacement historique.