Les Bugatti Centodieci et EB110 réunies à Nardò

Chargement en cours
Les Bugatti Centodieci et EB110 réunies à Nardò
Les Bugatti Centodieci et EB110 réunies à Nardò
1/11
© Motorlegend
A lire aussi

, publié le 1 juillet

Le constructeur de Molsheim a réuni en piste sur le terrain d'essais de Nardò, dans le sud de l'Italie, un exemplaire de la Centodieci et deux modèles Bugatti EB110, alors que la première nommée fait actuellement l'objet de tests intensifs sur le complexe italien.

Depuis les années 90, Bugatti alors sous la direction de Romano Artioli, a régulièrement utilisé les pistes d'essais de Nardò pour peaufiner ses modèles, à commencer par l'EB110 dont le développement fut notamment confié à Loris Bicocchi, l'un des pilotes de la marque justement présent à Nardò pour cette réunion au sommet.

En plus de son anneau de vitesse sur lequel de nombreux records ont été battus, le complexe de Nardò propose également un circuit de maniabilité composé de nombreux virages, alternant virages rapides droite-gauche-droite sur un parcours exigeant de 6,2 kilomètres. De quoi mettre à l'épreuve les véhicules et c'est justement ce à quoi s'affèrent les ingénieurs et pilotes de Bugatti, autour de l'édition limitée Centodieci, moidèle conçu comme un hommage moderne à la Bugatti EB110. Vingt personnes travaillent actuellement aux réglages de la super-sportive de Molsheim, de son châssis jusqu'à son groupe propulseur, en passant par sa carrosserie.

« Nous vérifions toutes les données simulées précédemment en fonctionnement réel, à grande vitesse et à des températures extérieures élevées, afin que la Centodieci soit parfaitement réglée pour toutes les régions », explique Lars Fischer, le responsable des essais et applications sur le châssis chez Bugatti.

Si Loris Bicocchi a suivi avec intérêt le développement de la Centodieci, c'est bien la présence des deux châssis EB110 qui l'a le plus ému. « Quand le transporteur a déchargé les deux Bugatti de course EB110, j'ai cru tout de suite rajeunir de 30 ans », a-t-il expliqué. Il faut dire que Bicocchi a largement contribué au développement du véhicule au sein de ce complexe de Nardò dont il a également participé à la conception.

« J'associe l'EB110 aux meilleurs moments de ma vie professionnelle. Bien que je travaillais déjà comme pilote d'essai pour une autre marque depuis 1974, j'ai pu apprendre beaucoup chez Bugatti à partir de 1989, et j'ai grandi avec la voiture et mes responsabilités », explique l'Italien qui a collaboré avec Bugatti jusqu'en 1995.

Bicocchi a ainsi vu naître les deux modèles présentés à Nardò : une EB110 LM revêtue d'une livrée bleue, qui fut alignée au départ des 24 heures du Mans en 1994 avec sous son capot un V12 équipé de quatre turbocompresseurs développant jusqu'à 660 ch, capable de propulser le véhicule de 0 à 100 km/h en 3,2 secondes. Il s'agit d'une des deux seules voitures de course officielles fabriquées en usine par le constructeur tricolore.

Le deuxième châssis est une EB110 Sport Competizione (SC), réalisée dans une teinte argentée, qui fut engagée par le Gentleman Driver Gildo Pallanca-Pastor dans la série IMSA (aux États-Unis) et dans d'autres épreuves d'endurance BPR à partir de 1995.

« C'est vraiment un moment très émouvant pour moi que de revoir les voitures et de pouvoir les conduire, avec en plus la nouvelle Centodieci », conclut Loris Bicocchi.

De son côté la Centodieci verra son développement prendre fin prochainement, les livraisons du modèle étant prévues pour 2022. Dix exemplaires de la Centodieci seront assemblés par Bugatti à l'intention des dix heureux clients qui ont dépensé 8 millions d'euros pour en faire l'acquisition.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.