Le plan de PSA pour redresser Opel

Chargement en cours
Le plan de PSA pour redresser Opel
Le plan de PSA pour redresser Opel
1/4
© Motorlegend
A lire aussi

publié le 9 novembre

En rachetant Opel, PSA est devenu le deuxième groupe automobile européen, derrière Volkswagen. Une bien belle carte de visite, mais le plus dur reste à faire ! En effet, le constructeur allemand est chroniquement déficitaire, souffre d'une image de marque médiocre et de produits souvent en retrait de la concurrence.

PSA et Opel ont donc présenté aujourd'hui un plan de redressement destiné à faire d'Opelune marque bénéficiaire à l'horizon 2020.

Cela passera d'abord par une réduction des coûts. Lors de la conférence de presse, le PDG d'Opel Michael Lohscheller a tout de suite tenu à rassurer ses troupes : aucune fermeture de site n'est prévue, ni aucun "départ contraint".

Les gains de productivité seront donc effectués grâce à un "aménagement du temps de travail, des programmes de départs volontaires ou dispositifs de retraite anticipée", mais aussi par les synergies apportées par la mise en commun des plate-formes et des motorisations, celles issues du groupe PSA étant appelées à être adoptées à l'avenir par Opel.

Opel prendra aussi le virage de l'électrification : le plan prévoit "4 lignes de produits" hybrides rechargeables (dont un Grandland X) ou 100% électriques (dont une future Corsa).

Prochaines étapes pour Opel : le remplacement du ludospace Combo en 2018, puis celui de la Corsa en 2019. La marque prévoit "un lancement majeur par an" et "9 nouvelles carrosseries d'ici 2020".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.