Le marché européen rechute

Chargement en cours
Le marché européen rechute
Le marché européen rechute
1/8
© Motorlegend

publié le 24 novembre

Alors que septembre avait laissé espérer une embellie sur le front des ventes de voitures neuves, octobre repart à la baisse. En cause, la crise sanitaire et son lot de confinements, partiels ou totaux, qui sévissent dans toute l'Europe.

Les automobilistes européens n'ont décidément pas le cœur à s'offrir des voitures neuves. Alors que l'on espérait que la légère hausse des immatriculations enregistrées en septembre (+1,1 %) se poursuivrait, octobre se clôture avec une chute de 7,1 %. Au cumul, depuis le début de l'année, la baisse se monte à -27,3 %. L'objectif de plusieurs observateurs, qui était de ''limiter'' les dégâts à hauteur de -25 % pour cette année, semble donc de plus en plus difficile à atteindre. Les plus pessimistes prévoient même un -30 % suite aux mesures de confinement décidées dans certains marchés majeurs tels que l'Allemagne, l'Espagne et la France. Sur les 30 pays qui composent le marché automobile européen, seuls 4 affichent une progression : l'Irlande, l'Islande, la Norvège et la Roumanie.

Du côté des marques, les progressions sont rares. Seuls Audi (+19,9 %), Dacia (+0,1 %), Fiat (+5,6 %), Jeep (+6,7 %), Kia (+1,1 %), Opel/Vauxhall (+3,3 %) et Renault (+1,2 %) peuvent s'en targuer. Toutes les autres affichent un résultat moins bon qu'en octobre 2019, le bonnet d'âne étant attribué à Lada (-87,4 %). Si l'on prend les chiffres cumulés de l'année, toutes les marques baissent mais Smart (-78,6 %) est celle qui est le plus impacté.

Quelques bonnes nouvelles peuvent tout de même être tirées de ce mauvais mois. Ainsi, Renault et Peugeot emportent respectivement les deuxième et troisième place du podium, derrière Volkswagen. Les trois places suivantes sont tenues par les rois allemands du premium avec, dans l'ordre, Mercedes, Audi et BMW.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.