Le malus « au poids » fait son retour

Chargement en cours
Le malus « au poids » fait son retour
Le malus « au poids » fait son retour
1/2
© Motorlegend
A lire aussi

publié le 16 octobre

Alors qu'il y a quelques semaines, Bruno Le Maire, Ministre de l'économie, opposait son véto à l'idée d'une taxation supplémentaire à l'achat touchant les voitures les plus lourdes, celle-ci fait son retour comme l'a annoncé, ce jeudi, Barbara Pompili, Ministre de l'écologie.

C'est un nouveau coup dur pour l'automobile haut de gamme. A partir du 1er janvier prochain, chaque kilo, au-delà de 1 800, sera redevable d'un malus supplémentaire de 10 €. Ainsi, une auto affichant 1 900 kg à vide vaudra à son premier propriétaire de voir gonfler la facture de 1 000 €. Le texte retenu par la Gouvernement s'avère toutefois moins sévère que le premier présenté, qui prévoyait une dîme du même montant au-delà de 1,4 tonnes.

Sur Twitter, la Ministre de l'écologie déclarait ainsi que « l'alourdissement du parc automobile, c'est plus de matériaux et d'énergie consommés, plus de pollution, moins d'espace public disponible ». Avec cette nouvelle taxe, la Ministre veut envoyer un signal fort sans, toutefois, pénaliser l'industrie automobile française. Certains modèles made in France, tels que le Peugeot 3008 et le Renault Espace, dépassent cependant ce seuil.

Concernant le premier, les 1 800 kg ne sont toutefois franchis que par la version hybride rechargeable Hybrid 4 de 300 ch. Une telle variante devrait, même si le Gouvernement ne s'est pas encore totalement prononcé sur ce point, être épargné par ce malus. A moins que ce ne soit finalement qu'une exonération partielle qui soit décidée pour les voitures hybrides. En ce qui concerne les électriques, en revanche, c'est très clair : elles ne sont pas concernées par cette nouvelle taxe.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.