Le downsizing bientôt hors course

Chargement en cours
Le downsizing bientôt hors course
Le downsizing bientôt hors course
1/2
© Motorlegend
A lire aussi

publié le 13 février

Depuis plusieurs années, tous les constructeurs, ou presque, se sont lancés dans une course à la réduction de cylindrée et au nombre de cylindres. Cette époque devrait, toutefois, bientôt être révolue.

Loin d'être une élucubration, cette affirmation sort de la bouche de Herbert Diess, patron de la marque Volkswagen. Celui-ci vient, en effet, de déclarer qu'il n'y aurait aucun moteur plus petit que l'actuel trois cylindres 1.0. Le seuil minimum pour les blocs diesel est même encore plus élevé puisque le groupe allemand ne produira plus de moteur de ce type dont la cylindrée sera inférieure à 1.6 l. La raison de ce revirement, déjà observé chez quelques marques, tient à l'entrée en application prochaine de nouvelles normes de mesures de la consommation, qui impliquerait de davantage « cravacher » ces petits moteurs et donc ne les rendrait plus compétitif par rapport à de plus gros blocs. Chez Volkswagen, le premier pas dans cette nouvelle direction vient d'être fait par la version restylée de la Golf. Cette dernière vient, en effet, de troquer son 1.4 TSI de 150 ch contre un inédit 1.5 développant la même puissance. Ce phénomène est également visible chez Mini où certaines versions, telles que les Cooper S, ont troqué le 1.6 qui avait été étudié en collaboration avec PSA au profit d'un 2.0 100% BMW. Pas question, toutefois, de revenir sur la démocratisation de la suralimentation, qui permet de davantage maitriser la consommation et les émissions polluantes, tout en augmentant la puissance. En tout cas, cette nouvelle doit faire quelques ravis du côté de chez Mazda. La marque japonaise s'était, en effet, refusée de participer à cette folie du downsizing et avait préféré utiliser des technologies qu'elle considérait comme plus efficaces dans la « vraie vie », commercialisées sous le badge SkyActiv.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.