La CNIL étrille les radars-tronçons

Chargement en cours
La CNIL étrille les radars-tronçons
La CNIL étrille les radars-tronçons
1/2
© Motorlegend

publié le 5 décembre

La CNIL qui met publiquement en demeure un ministère, c'est du jamais vu ! C'est pourtant ce que vient de faire la Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés, qui "met en demeure le ministère de l'Intérieur de prendre les mesures suffisantes pour garantir la sécurité des données personnelles collectées par les radars-tronçons et s'assurer que ces données ne seront pas conservées au-delà des délais prévus par la législation."

Les enquêteurs de la Commission se sont en effet aperçus que les données recueillies par les radars-tronçons sur les véhicules n'ayant pas commis d'infraction (clichés, numéros d'immatriculation et heures de passage) ne sont pas conservés 24 heures maximum, comme prévu par l'arrêté, mais plus de 13 mois pour les immatriculations complètes, et plus de 4 ans pour les numéros tronqués de deux caractères !

Plus gênant encore, la CNIL a également constaté "un manque de robustesse des mots de passe, une traçabilité insatisfaisante des accès et une gestion insuffisante des droits d'accès à l'application au niveau du prestataire du ministère."

En résumé, le système des radars-tronçons, non content de conserver ad vitam les données personnelles des usagers de la route, les rend en outre potentiellement accessibles à des personnes mal intentionnées !

La CNIL précise que le ministère a trois mois pour se conformer à la loi Informatique et Libertés, avant de s'exposer à des sanctions.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.