L'histoire de Gordini à l'honneur de Rétromobile 2022

Chargement en cours
L'histoire de Gordini à l'honneur de Rétromobile 2022
L'histoire de Gordini à l'honneur de Rétromobile 2022
1/4
© Motorlegend
A lire aussi

, publié le 18 novembre

Après deux ans d'absence, le salon Rétromobile reprendra possession du Parc Expo de la Porte de Versailles, à Paris, du 2 au 6 février prochains, pour une nouvelle édition haute en couleur au cours de laquelle sera notamment célébrée la marque Gordini.

Rendez-vous incontournable des passionnés d'automobiles et de véhicules de collection, Rétromobile réunit chaque année plus de 1 000 véhicules, quelque 600 exposants, ainsi que plusieurs dizaines de Clubs et artistes, sans oublier la vente aux enchères Artcurial qui comprendra notamment lors de cette édition 2022, un châssis Gordini Type 18S piloté en 1950 aux 24 Heures du Mans par Juan-Manuel Fangio.

De nombreux châssis portant la marque de Gordini seront en fait présents sur l'évènement parisien puisqu'une rétrospective baptisée « La fabuleuse saga Gordini », y sera organisée en partenariat avec le Musée National de l'Automobile, la Collection Schlumpf et l'historien Christian Huet.

Cette exposition proposera une vue d'ensemble du travail de l'ingénieur Amédée Gordini de 1947 à 1971, période durant laquelle le natif de Bazzano (Italie) s'illustra tout d'abord en compétition avec l'aide de son sponsor Simca. Entre 1946 et 1950 il imposa ainsi en course sa monoplace animée par un moteur de 1100 cm3 lors du Grand Prix de Nîmes, au Bol d'Or ainsi que sur le circuit de Reims, puis dans le cadre du Grand Prix de Marseille 1949 avec pour pilote un certain Juan-Manuel Fangio, qu'il contribua d'ailleurs à faire découvrir au public.

Dans la foulée de ces châssis de Formule 1, vinrent ensuite des Formule 2 et des véhicules Sport-Prototypes qui brillèrent en piste avec Jean Behra notamment, mais las de lutter avec des moyens réduits et des machines souvent sous motorisées, Amédée Gordini décida d'abandonner la fabrication de châssis de compétition en 1957 après avoir assemblé son 33ème véhicule. L'Italien dut alors son rebond à une longue collaboration (17 ans) avec la Régie Nationale Renault, qui s'avérera des plus réussies et donnera naissance aux modèles Dauphine, R8 et Alpine Gordini pour ne citer qu'eux.

Neuf véhicules portant la marque de Gordini seront visibles sur le salon parisien, incluant la célèbre R8 Gordini de 1964, la Gordini 43 Type 31 S de 1954 victorieuse aux 24 H du Mans en 1954 dans la catégorie des 2 et 3 litres, ou encore une monoplace Gordini 35 Type 16 de 1954 animée par un bloc 6 cylindres.

Photo : Gordini 35 Type 16 1954 - Crédit : Rétromobile

Vos réactions doivent respecter nos CGU.