L'Etat privatise les voitures radar

Chargement en cours
L'Etat privatise les voitures radar
L'Etat privatise les voitures radar
1/2
© Motorlegend
A lire aussi

publié le 23 février

En moyenne, les 440 voitures-radar ne sont utilisées qu'une heure par jour. C'est trop peu rapporté à l'investissement conséquent que représente l'achat et l'entretien de ce parc et, surtout, cela ne semble pas assez dissuasif pour le nouveau Ministre de l'Intérieur. Puisqu'il n'est pas question de solliciter davantage des Forces de l'ordre déjà largement débordées, ce sont des sociétés privées qui, dès le mois de septembre, seront chargées de faire circuler ces véhicules. Objectif : atteindre 8h de roulage par jour et... engranger plusieurs centaines de millions (les plus optimistes, tels que l'association 40 millions d'automobilistes, parlent de 2 milliards) d'Euros supplémentaires chaque année.

Dès cette semaine ont lieu les premiers tests en Normandie. Pas de panique, ceux-ci n'ont pour but que de valider et d'homologuer les modifications techniques qui seront étendues ensuite à l'ensemble des autos. Car il n'est bien sûr pas question de reprendre la formule actuelle telle quelle, même si, pour l'instant, rien n'a officiellement été annoncé. Nos confrères d'Auto Plus évoquent toutefois des itinéraires décidés à l'avance par la Préfecture avec un radar qui ne fonctionnerait que sur ceux-ci et dans lesquels on aurait intégré les différentes limitations de vitesse en vigueur sur ce tronçon. Par sécurité, ce dispositif serait doublé d'une caméra capable de lire les panneaux de limitation de vitesse et qui permettrait de stopper les contrôles si la base interne du radar et la lecture des panneaux fournissent des informations différentes.

La probabilité de se faire contrôler par ces voitures-radar devrait donc augmenter en flèche à partir de la rentrée. C'est la volonté du Gouvernement qui inspire ainsi influer durablement sur les comportements des automobilistes. Une version 2.0 de la peur du Gendarme en quelque sorte.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU