Japon, les grandes manœuvres pour accélérer la transition

Chargement en cours
Japon, les grandes manœuvres pour accélérer la transition
Japon, les grandes manœuvres pour accélérer la transition
1/4
© Motorlegend
A lire aussi

, publié le 30 juillet

À l'heure où tous les constructeurs automobiles annoncent leur passage au 100 % électrique au cours des années à venir, les marques nippones ont choisi de se regrouper pour accélérer le mouvement et mutualiser certaines usines ou technologies.

Sous l'impulsion de Toyota, le consortium CJP pour Commercial Japan Partnerships réunissait jusqu'à présent outre Toyota, Isuzu et Hino Motors avec comme objectif le développement commun de technologies électriques et connectées principalement autour des véhicules utilitaires. Cette co-entreprise était jusqu'à présent détenue à hauteur de 60 % par Toyota, les deux autres marques possédant 10 % des parts. Pour aller plus loin encore, le CJP vient d'annoncer l'arrivée de deux nouveaux membres qui possèderont aussi 10 % de l'entité. Il s'agit de Suzuki et de Daihatsu.

Ces deux marques vont venir renforcer le développement des mini voitures que l'on nomme au Japon Kei Cars. Ce marché demeure très important au Pays du Soleil Levant puisque comme le souligne Akio Toyoda, le CEO de Toyota, sur les 78 millions de voitures possédées par les Japonais, 31 millions entrent dans cette catégorie ! En milieu rural, ce sont 50 % de mini voitures qui sont utilisées. Akio Toyoda précise enfin que 85 % des routes nippones sont si étroites qu'elles ne peuvent être empruntées que par ce type de véhicule ! L'électrification ne pourra pas ignorer cette catégorie dont 70 % des ventes sont issues du catalogue des deux nouveaux entrants, Suzuki et Daihatsu. Le challenge sera donc de développer des Kei Cars électriques pour le transport de personnes, mais aussi pour les livraisons de biens dans les ruelles nippones. Le CJP planche aussi sur les technologies connectées voire sur des véhicules sans chauffeur.

Il y a, comme souvent au Japon, une dimension patriotique à l'émergence de cet accord. Les constructeurs avouent ainsi sans ambages vouloir se regrouper pour développer une offre concurrentielle face aux géants de la technologie souvent venus des USA.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.