Immatriculations janvier 2021 : une année qui s'annonce chamboulée ?

Chargement en cours
Immatriculations janvier 2021 : une année qui s'annonce chamboulée ?
Immatriculations janvier 2021 : une année qui s'annonce chamboulée ?
1/5
© Motorlegend
A lire aussi

, publié le 8 février

Des constructeurs aux concessionnaires, tous espèrent que 2021 sera, sur le front des ventes, bien plus calme que ne le fut 2020. Si l'on en croit les chiffres de janvier, rien n'est moins sûr.

La principale donnée qui permet de jauger de la santé du marché est pourtant bonne : à nombre de jours ouvrables comparables, les immatriculations sont en hausse de 3,6 % (-5,8 % en données brutes). Mais si l'on prend en compte que janvier 2020 était un mois particulièrement morose (-13,4 % par rapport à janvier 2019), l'euphorie n'est pas de mise.

Du côté des énergies, la « verdisation » du marché se poursuit, même si la part de marché des électriques dégringole à 5,1 %, contre 8,2 % un an plus tôt. En revanche, les hybrides (22,4 % du marché dont 6,5 % pour les hybrides rechargeables, contre 11,4 % en 2020) et les bi-carburation essence/GPL (2,4 % contre 0 % il y a un an) grimpent fortement. Concernant ce dernier point, il faut y voir la conséquence de l'excellent mois de la nouvelle Dacia Sandero, qui propose ses versions Eco-G au même prix que les essence et qui se hisse sur la deuxième place du podium, derrière la Peugeot 208 mais devant sa cousine, la Renault Clio. Du côté des étrangères, si l'on excepte la franco-roumaine Sandero, la couronne est enlevée par la Toyota Yaris, elle aussi largement empreinte de sang français (elle est assemblée à Valenciennes). Au chapitre des « anomalies », signalons la 40ème place de la Volkswagen Golf, qui se voit donc désormais largement dépassée par ses frères et sœurs Polo (12ème), T-Roc (17ème) et T-Cross (34ème).

Du côté des marques et groupes, signalons les excellentes performances de Daimler (+4,3 %), Ford (+10,9 %), Hyundai/Kia (+11,3 %), Mazda (+19 %) Volvo (+49,3 %) et Dacia (+95,1 %). En revanche, c'est le gadin pour Honda (-18,7 %), Renault (-21 %), Nissan (-30,3 %), JLR (-37,7 %) et, surtout, Tesla (-49,4 %). A noter que Stellantis, le groupe né de la fusion entre FCA et PSA, démarre bien mollement, avec une baisse de quasiment toutes ses marques, à l'exception de Jeep et Maserati, aboutissant à une part de marché de 36,2 % contre 41,1 % pour PSA + FCA l'an dernier.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.