Geely s'offre Proton et Lotus

Chargement en cours
Geely s'offre Proton et Lotus
Geely s'offre Proton et Lotus
1/4
© Motorlegend
A lire aussi

publié le 25 mai

C'est un condensé du capitalisme moderne. D'un côté, PSA, important groupe automobile européen à l'héritage multicentenaire. De l'autre, Zhejiang Geely, une firme chinoise fondée en... 1986. Entre les deux, la holding malaisienne DHB-Hicom, propriétaire de deux constructeurs : la marque locale Proton et la britannique Lotus, tous deux ayant une santé fragile. DHB-Hicom cherchait un partenaire stratégique afin d'améliorer la rentabilité de Proton. Les Malaisiens ont donc procédé à un vrai casting : 15 prétendants invités à la table des négociations, nombre réduit à 8, puis à 5, et enfin à trois, dont le chinois Geely et le français PSA.

Après des mois de pourparlers, le verdict est tombé : c'est Geely que DHB-Hicom a préféré ! Le groupe va donc acquérir 49,9 % de Proton et surtout 51 % de Lotus, marque à la réputation flatteuse et en pleine renaissance sous l'impulsion de son patron Jean-Marc Gales. Voilà qui permet à Geely de se forger un véritable empire industriel bâti sur deux piliers solides : l'un en Asie, où le groupe possède de bonnes racines (8e constructeur chinois avec 2,8 % du marché), et l'autre en Europe, où la firme possède déjà Volvo Cars et LTC, qui fabrique les célèbres taxis londoniens.

C'est un revers pour PSA, qui ambitionne d'avoir une implantation industrielle dans l'ASEAN, ce marché commun du sud-est asiatique en plein développement, qui regroupe des pays comme l'Indonésie, le Cambodge, les Philippines, le Viêt Nam et la Thailande.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.