Fusion FCA-Renault : le groupe italo-américain retire son offre

Chargement en cours
Fusion FCA-Renault : le groupe italo-américain retire son offre
Fusion FCA-Renault : le groupe italo-américain retire son offre
1/2
© Motorlegend
A lire aussi

publié le 6 juin

Contre toute-attente, Fiat-Chrysler renonce à fusionner avec Renault. C'est ce que le groupe a annoncé dans la nuit du 5 au 6 juin 2019. Une déclaration surprenante sachant que c'est FCA qui était à l'origine de ce projet. Caprice, volonté de faire monter les enchères ou rapprochement avec un autre constructeur ? Selon FCA, c'est, en réalité, le Gouvernement français qui serait en cause.

Pourtant, par la voie de Bruno Lemaire, Ministre de l'économie, l'Etat français, actionnaire du groupe Renault à hauteur de 15,1 %, déclarait accueillir « avec ouverture » cette offre. Naturellement, des garanties étaient demandées, notamment concernant « la préservation des emplois et des sites industriels en France ». Une garantie que le Gouvernement italien avait également demandée. Ce dernier avait d'ailleurs critiqué la position de son homologue français, se demandant « de quel droit, dans l'Europe du libéralisme et des privatisations, l'Etat français peut-il négocier des sièges au conseil d'administration d'une entreprise automobile ? ».

De son côté, Gérald Darmanin, Ministre du budget, indiquait que la France n'était pas fermée à une reprise des négociations. Et si, au-delà des enjeux industriels et financiers, cet échec, le premier de Jean-Dominique Senard, patron du groupe au Losange depuis l'éviction de Carlos Ghosn, était surtout politique ? Les relations entre Paris et Rome sont, ce n'est pas une surprise, très tendues depuis plusieurs mois.

Cette annonce sonne comme un coup dur pour le groupe Renault, qui voyait avec cette fusion la possibilité de redevenir l'égal de son allié Nissan. Le groupe japonais trouve, en effet, que les rapports de force au sein de l'Alliance sont largement faussés, ses poids industriel (quasiment 7 millions de véhicules vendus en 2018 contre moins de 4 pour Renault, Dacia, Lada et Samsung Motors inclus) et financier étant largement supérieurs. Officiellement, Nissan n'était d'ailleurs pas opposé à l'idée d'une fusion FCA-Renault, source colossale d'économies d'échelle notamment en matière de développement de nouvelles technologies. Toutefois, les deux représentants du groupe siégeant au conseil d'administration du groupe Renault n'avaient pas donné leur accord à ce projet.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.