Diesel : les ventes au plus bas

Chargement en cours
Diesel : les ventes au plus bas
Diesel : les ventes au plus bas
1/2
© Motorlegend

publié le 5 septembre

Le diesel continue sa lente agonie. Sa part de marché a en effet atteint au mois d'août dernier un plus bas historique, à seulement 31%. À titre de comparaison, en août 2017, le diesel représentait encore 47% des immatriculations. Sur les huit premiers mois de l'année, la part du diesel n'est que de 34%. Sur l'ensemble de 2012, elle était de... 73% !

Vilipendé par les pouvoirs publics, menacé d'interdiction dans une large partie de l'agglomération parisienne à l'horizon 2024, le diesel n'a décidément plus la cote. Les automobilistes lui préfèrent désormais l'essence (58,8 % des immatriculations sur les huit premiers mois, contre 54% sur la même période l'an dernier), voire les hybrides (5,3% contre 4,5%). Les ventes d'électriques restent marginales (1,8% du marché depuis le début de l'année), même si l'arrivée d'un grand nombre de nouveautés (Peugeot e208, nouvelle Renault Zoe, Volkswagen ID.3...) devrait changer la donne en 2020.

Notez enfin que le marché français connaît une légère décrue depuis le début de l'année, à -1,5%. Au total, 1 788 109 véhicules particuliers et utilitaires légers ont été immatriculés dans l'Hexagone depuis le 1er janvier.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.