Des cellules LFP pour les véhicules Ford

Chargement en cours
Des cellules LFP pour les véhicules Ford
Des cellules LFP pour les véhicules Ford
1/6
© Motorlegend
A lire aussi

, publié le 28 juillet

Ford souhaite atteindre son objectif de 600 000 voitures électriques d'ici 2023 grâce aux cellules LFP.

La production de voiture électrique s'accélère chez tous les constructeurs. Mais pour gagner cette course, il faut faire preuve d'innovations afin de réduire les temps de productions des cellules. Sur ce terrain, Ford a pour ambition d'augmenter la production annuelle de batteries à 60 GWh et la production de voitures électriques à 600 000 d'ici fin 2023 grâce aux cellules LFP.

Des batteries moins coûteuses

Pour cela, avec une demande conséquente pour ses modèles de voitures électriques Mustang Mach-E et F-150 Lightning, Ford a recours pour la première fois en Amérique du Nord à des batteries à base de cellules de lithium-phosphate de fer (LFP). Afin de pouvoir construire davantage de voitures sans être à court de cellules, la berline sportive devrait pouvoir en être équipée à partir de 2023, le pick-up à partir de début 2024. Afin de pouvoir atteindre plus sûrement les nouveaux objectifs fixés, Ford met en place et développe en outre ses propres chaînes d'approvisionnement sur les différents sites de production.

Les cellules LFP n'offrent certes pas une densité énergétique aussi élevée que celles utilisant la chimie des cellules nickel-cobalt-manganèse (NMC), mais leurs avantages sont, selon Ford, une capacité stable sur de nombreuses années et une moindre dépendance vis-à-vis de minéraux rares comme le nickel. De plus, pour Ford, elles seraient entre 10 et 15 % moins chères que les cellules NCM. Un autre avantage connu est la sécurité accrue : les cellules avec cette cathode ne connaissent pas la fuite thermique et ne peuvent donc pas provoquer d'incendie en cas de défaut.

Un nouveau SUV à venir

Grâce à ce nouveau procédé, Ford prévoit d'atteindre le volume de production global de 600 000 exemplaires d'ici fin 2023. Dans cette production, on retrouve 270 000 Mustang Mach-E pour l'Amérique du Nord, l'Europe et la Chine, 150 000 Ford F-150 Lightning pour l'Amérique du Nord, 150 000 E-Transit pour l'Amérique du Nord et l'Europe ainsi que 30 000 SUV électriques pour l'Europe. Ce dernier modèle n'a pas encore été présenté. Pour ce que l'on en sait, il devrait s'agir du projet commun avec Volkswagen, qui prévoit de produire à Cologne deux modèles Ford sur la base du système modulaire d'électrification (MEB) de Volkswagen. Il s'agirait alors d'un crossover étroitement apparenté aux modèles VW ID.4 et ID.5.

Pour produire ses batteries, Ford s'appuie notamment sur le savoir-faire de Contemporary Amperex Technology (CATL). L'entreprise doit fournir à partir de 2023 les batteries LFP pour les modèles Mustang Mach-E et à partir de début 2024 pour le Ford F-150 Lightning. CATL fournit des batteries composées de cellules prismatiques (construction Cell-to-Pack, CTP). Le producteur de batteries LG Energy Solution (LGES) a doublé sa capacité pour la Ford Mustang Mach-E et les modèles E-Transit dans son usine de Wroclaw, en Pologne.

Dans ce contexte, Ford prévoit pour ses véhicules électriques un taux de croissance annuel moyen de plus de 90 % jusqu'en 2026, soit plus du double des prévisions pour l'ensemble du secteur dans le monde. La production annuelle devrait atteindre 600 000 voitures électriques d'ici fin 2023 et plus de deux millions d'ici fin 2026. Pour ce faire, Ford prévoit d'investir plus de 50 milliards de dollars dans les véhicules électriques d'ici 2026.

D'ici 2030, plus de la moitié de la production mondiale devrait être constituée de véhicules électriques, et d'ici 2050 au plus tard, Ford veut devenir neutre en CO₂ au niveau mondial. En Europe, Ford a pour ambition de pouvoir proposer une gamme de modèles entièrement électriques dès 2035.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.