Confinement : le marché a dévissé en novembre

Chargement en cours
Confinement : le marché a dévissé en novembre
Confinement : le marché a dévissé en novembre
1/3
© Motorlegend

publié le 3 décembre

Le confinement partiel de novembre a été moins strict que celui du printemps, puisqu'il était encore possible de commander un véhicule et d'en prendre livraison sur rendez-vous ("click and collect"). Mais l'impossibilité d'aller visiter les showrooms à sa guise a eu un impact notable sur le marché, qui a reculé en novembre de 26,7 % à nombre de jours ouvrés comparable, et même de 30,7 % si l'on ne considère que les voitures particulières. Au total, 162 170 véhicules ont été immatriculés le mois dernier, dont 126 048 VP.

À titre de comparaison, le marché automobile français avait décroché de façon plus brutale entre mars et mai, avec un plongeon à - 88,8 % en avril.

En novembre, les marques des groupes français (y compris Dacia et Opel) ont été légèrement plus touchées que celles des importateurs, avec des baisses respectives de -23,4 et -22,3 % par rapport à novembre 2019.

Dacia et Alpine, qui visent avant tout une clientèle de particuliers, on connu les plus fortes chutes, avec - 31,6 et - 49,4 % respectivement. À l'inverse, celles qui touchent davantage les professionnels ont bien mieux résisté, à l'image de DS (- 0,8 %) et Peugeot (- 17,6 %). D'une manière générale, le groupe PSA s'en sort mieux que le groupe Renault, avec - 23,7 % contre - 34,2 %.

Dans le détail, si le diesel semble se stabiliser autour des 30 %, la percée des modèles électrifiés se confirme en novembre, avec niveau moyen d'émissions de CO2 à 93 g/km, soit un nouveau record. Pour mémoire, ce taux était encore à 110,1 g/km en novembre 2019.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.