Bientôt une Mercedes made in France

Chargement en cours
Bientôt une Mercedes made in France
Bientôt une Mercedes made in France
1/4
© Motorlegend
A lire aussi

publié le 24 mai

C'est ce que l'on appelle une rencontre fructueuse. Il y a quelques jours, le président de la République Emmanuel Macron rencontrait Dieter Zetsche, PDG de Damiler-Benz. Au cœur des discussions, la ville de Hambach, en Lorraine. C'est là-bas, qu'il y a un peu plus de 20 ans, le géant allemand a construit l'usine Smart. Toujours en charge de la production de la Fortwo (la Forfour est assemblée dans l'usine Renault de Novo Mesto, en Slovénie, aux côtés de la Twingo), cette unité sera convertie, au début de la prochaine décennie, au 100% électrique, la plus française des marques allemandes ayant décidé d'en terminer avec les versions thermiques pour la prochaine génération de sa microcitadine.

Lors de cette rencontre, le patron de Mercedes a ainsi annoncé que l'usine d'Hambach profiterait, dans les prochaines années, de 500 millions d'Euros d'investissement. Une somme destinée à installer la chaine de fabrication d'un modèle de la nouvelle gamme EQ, appellation qui regroupe les prochaines Mercedes 100% électrique.

Si l'on ne sait pas encore précisément quelle sera cette auto, Daimler-Benz indique, dans un communiqué, qu'il s'agira d'un modèle compact. Parmi les EQ déjà évoquées officiellement, le plus petit actuellement connu est l'EQ A, équivalent électrique de la Classe A. Un modèle imposant pour les chaines de montage d'Hambach qui n'ont, à ce jour, construit aucun véhicules mesurant plus de 2,70 m. A moins que, pour répliquer à la BMW i3, la marque à l'Etoile n'ait dans ses cartons une citadine électrique. Réponse probablement à l'horizon 2022, avec la commercialisation de cette première Mercedes « française ».

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU