Bientôt des péages aux portes des grandes villes françaises ?

Chargement en cours
Bientôt des péages aux portes des grandes villes françaises ?
Bientôt des péages aux portes des grandes villes françaises ?
1/2
© Motorlegend
A lire aussi

publié le 19 octobre

Une nouvelle loi d'orientation des mobilités (LOM) est en cours de préparation pour l'automne. Mais l'une de ses mesures a déjà fait couler beaucoup d'encre : la possibilité pour les grandes villes d'instaurer des péages urbains. Pour accéder à certaines zones centrales, il faudrait ainsi s'acquitter d'une somme ne pouvant excéder 2,50 €, voire 5 € pour les villes de plus de 500 000 habitants (soit Paris, Lyon et Marseille).

En fait, l'idée du péage urbain n'est pas nouvelle. Elle était déjà au programme du Grenelle de l'environnement en 2007. Londres, Milan ou encore Stockholm l'appliquent déjà depuis plusieurs années.

Mais, à deux ans des élections municipales, quel maire ou candidat à la mairie osera-t-il inclure dans son programme une mesure aussi impopulaire et perçue comme socialement inégalitaire ?

À Paris, Anne Hidalgo, initialement hostile à ce principe, a revu sa position, mais souhaite un système à l'échelle du Grand Paris, avec éventuellement un péage positif (les automobilistes sont payés s'ils renoncent à utiliser leur voiture). Même son de cloche à Lille.

À Toulouse, Strasbourg, Nantes, Nice, Rennes ou Bordeaux, on préfère favoriser, en vrac, le covoiturage, les parkings relais, le développement du vélo ou des transports en commun, ou encore les zones à faibles émissions, où certaines catégories de véhicules Crit'Air sont interdites à la circulation.

En clair, le péage urbain en France, ce n'est pas pour tout de suite...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.