Voiture d'occasion : des arnaques en série ?

, publié le 25 octobre

Le constat est sans appel est édifiant : en France, une annonce de voiture d'occasion sur dix serait frauduleuse. Compteur trafiqué, contrôle technique mensonger, carte grise faussée...

Avec l'explosion du prix des voitures neuves, l'inquiétante hausse des prix de l'essence, les ZFE qui se multiplient, les primes à la conversion et autres coups de pouce de l'État, peut-être êtes-vous tentés de vous tourner vers l'achat d'une voiture d'occasion, récente (moins d'un an) ou plus âgée ? Si c'est le cas, soyez bien vigilants : des cas de fraude se multiplient en France ces derniers mois. Une étude récente du cabinet CarVertical mettait même en lumière qu'une voiture d'occasion vendue sur dix était frauduleuse. Compteur trafiqué (les modèles concernés afficheraient 35 000 km de moins en moyenne que la distance qu'ils ont réellement parcourue), carte grise faussée, contrôle technique mensonger, etc.

Privilégier les plateformes reconnues

Méfiez-vous déjà des annonces qui paraissent trop belles pour êtres vraies. Des modèles faiblement kilométrés, affichés parfois à 3 000€ de moins que la plupart des autres annonces, c'est carton rouge immédiat ! Prenez garde aussi à la plateforme sur laquelle est parue l'annonce : des sites comme La Centrale, Spoticar, ParuVendu, AutoScout24 ou Reezocar offrent des garanties solides sur la qualité de l'auto, moyennant une commission. Le prix de la tranquillité ! De la même manière, orientez-vous vers les réseaux occasion gérés directement par les constructeurs : DasWeltAutos (Volkswagen), Les occasions du lion (Peugeot), Citroën Select, Renew (Renault), Toyota Occasions, etc.

Les voitures âgées particulièrement touchées

CarVertical invite par ailleurs à se méfier des occasions âgées, qui ont le plus de chance d'avoir été trafiquées : « Plus une voiture est ancienne, plus elle a de chances de présenter un kilométrage truqué. Ce qui mérite d'être pris en compte lors de l'achat d'un véhicule d'occasion. 17 % des véhicules fabriqués en l'an 2000 ont fait l'objet d'un truquage, suivis de 16,9 % des véhicules pour l'année 2005 et de 15,6 % des véhicules fabriqués en 1998 ». En cas de doute avec une annonce, sachez que le Gouvernement a lancé une plateforme baptisée Histovec, qui vous permet d'être mis en contact avec le propriétaire du véhicule pour qu'il vous envoie (gratuitement) les informations susceptibles de vous intéresser. En cas de refus, considérez cela comme suspect...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.