Mitsuoka Viewt : une drôle de Jaguar sur base de Toyota Yaris

A lire aussi

, publié le 4 mars

Rouler en Jaguar des années 60 au prix d'une petite et modeste citadine japonaise ? C'est ce que propose le carrossier Mitsuoka qui s'efforce depuis 1968 à transformer de placides modèles en réinterprétant des voitures de légende !

Connaissez-vous Mitsuoka ?  Cette entreprise japonaise s'est fait connaître pour ses réinterprétations modernes de voitures du passé, transformant des modèles actuels quelconques en véhicules élégants, ornés de chrome et inspirés de voitures légendaires ! Par exemple, la Mitsuoka Viewt est une Nissan Micra transformée en Jaguar, tandis que la Mitsuoka Buddy est une Toyota RAV4 transformée en Cadillac. La Mitsuoka Galue réinterprète la Nissan Teana en Rolls-Royce !

Aujourd'hui, le carrossier japonais crée à nouveau la surprise en présentant la nouvelle génération de sa citadine Viewt. Elle est maintenant basée sur un modèle bien connu en France, car assemblé chez nous : la Toyota Yaris. Elle s'inspire toujours de la mythique et magnifique Jaguar MK2 (1959-1967), un modèle qui n'est plus commercialisé depuis belle lurette !

Une Toyota Yaris qui se prend pour une Jaguar Mk2 !

En apparence, les similitudes avec la Yaris sont manifestes. De profil, on peut clairement distinguer sa silhouette ainsi que ses panneaux de porte. À l'arrière, les feux ont été remplacés par des blocs circulaires plus élégants, bien que les feux d'origine de la Yaris soient toujours distinguables sous une pièce de carrosserie ajoutée. Les pare-chocs avant et arrière, ainsi que la calandre, le capot et les portières, sont désormais ornés de chrome et de fines baguettes argentées. À l'intérieur, les changements sont plus subtils, Mitsuoka ayant simplement remplacé le logo sur le volant et ajouté une nouvelle sellerie et de nouveaux coloris !

Cette voiture est réservée au marché japonais et son prix est annoncé pour débuter à 23 000 dollars (22 000€), soit 12 000 dollars (11 300€) de plus qu'une Toyota Yaris de base ! Mais n'est-ce pas là le prix à payer pour rouler au quotidien dans l'une des plus élégantes berlines anglaises des années 60, au prix d'une citadine japonaise du XXIe siècle ?

Vos réactions doivent respecter nos CGU.