News

Les radars tronçons sur la sellette ?

Ils ont un fonctionnement tout à fait singulier par rapport aux radars autonomes que l'on peut croiser sur le bord de nos routes. Les radars-tronçons seraient-ils en fin de compte un échec pour l'État ? Plusieurs d'entre eux commencent à être démantelés.

Ils ne sont que très peu répandus en France, et leur fonctionnement est parfois inconnu des automobilistes. Les radars-tronçons ont la particularité de ne pas flasher un véhicule à un endroit précis, mais de calculer la vitesse moyenne entre deux points sur une distance prédéterminée (plusieurs kilomètres parfois) : les fameux tronçons. Apparus en Belgique, ils sont très largement répandus là-bas ainsi qu'aux Pays-Bas, mais ont tardé à se mettre en place en France. Ces dispositifs sont considérés comme les plus sûrs en termes de sécurité routière.

Les plus sûrs des radars


Contrairement aux radars "classiques" qui encouragent simplement à ralentir à leur approche, les radars tronçons obligent les conducteurs à réduire leur vitesse de manière soutenue sur une longue distance. Récemment, ils ont fait l'objet d'une attention particulière, car l'État les remplace progressivement par des radars tourelles. Selon l'association 40 millions d'automobilistes, cela serait dû à leur rentabilité jugée insuffisante. Implicitement, cela signifie qu'ils ne génèrent pas suffisamment de flashs, avec en moyenne 5 000 flashs par an pour un radar tronçon contre 14 000 pour un radar autonome.

Des coûts d'achat et d'entretien démesurés


En réalité, la principale raison de leur remplacement progressif réside dans le coût de leur entretien. Ils sont complexes et déjà coûteux à mettre en service, s'échangeant en moyenne contre 165 000€ pièce, comparé aux 35 000€ qu'il faut débourser en moyenne pour un radar traditionnel. Pire, leurs coûts d'entretien ont augmenté au fil des années, passant de 9 300€ en moyenne en 2012 à 17 800€ en 2022. C'est cette augmentation qui peut expliquer pourquoi les radars tronçons endommagés ou défaillants sont progressivement remplacés par d'autres modèles. Ils seront donc effectivement et progressivement remplacés, mais pas du jour au lendemain et encore moins de manière systématique.  Seuls ceux présentant des dysfonctionnements ou des dégradations le seront. Autant dire qu'ils ne seront pas enterrés si vite...

publié le 27 avril à 09h51, Media365

Liens commerciaux