L'état de certains ponts inquiète en France

A lire aussi

, publié le 16 mai

Plusieurs ponts français sont considérés comme « préoccupants », du fait de leur dégradation avancée. C'est le cas du pont Saint-Ladre à Crépy-en-Valois (60), qui est dans un état déplorable...

C'est un ouvrage bien connu des habitants de Crépy-en-Valois, dans l'Oise (60). Le pont Saint-Ladre, qui enjambe la voie ferrée à proximité de la gare SNCF, fait partie du paysage de la ville depuis 1929. Mais, près d'un siècle après sa construction, il est devenu l'ombre de lui-même, et se dégrade aujourd'hui à vue d'œil. Pans de murs effondrés, fissures, cassures, usure des parties métalliques : il est dans un état alarmant, et ce alors qu'il s'agit d'un axe très fréquenté (plusieurs milliers de véhicules par jour), puisqu'il permet d'accéder au centre-ville de Crépy depuis la départementale 25. Le département, qui en est le propriétaire, avait tenté de réduire les risques en 2018, en l'interdisant à la circulation des poids lourds de plus de 3,5 tonnes. Une décision insuffisante pour de nombreux habitants, qui demandent d'urgence une rénovation complète de l'ouvrage.

Des travaux en 2027-2028 seulement

Celle-ci est bien au programme, le pont devant être entièrement démoli et reconstruit, mais l'échéance a plusieurs fois été retardée. Car un problème d'envergure se pose : pour pouvoir réaliser ces lourds travaux, il faudrait interrompre totalement la circulation ferroviaire sous le pont, et donc suspendre les départs et arrivées de trains au départ de la gare (TER/RER) de Crépy-en-Valois. Des dispositions seront prises dans ce sens, mais, alors que le trafic ferroviaire devait être interrompu dès 2025 pour permettre l'ouverture du nouveau pont en 2026, la SNCF a revu ses plans, et cela ne se fera finalement pas avant 2027, voire 2028 ! Depuis ces annonces, les riverains se sont mobilisés, en lançant une pétition (696 signataires à l'heure où nous écrivons ces lignes) pour demander des mesures d'urgence sur l'ouvrage. « La sécurité de la communauté est une priorité, et nous croyons fermement qu'en investissant dans la réhabilitation ou la reconstruction de cette structure, nous contribuerons à prévenir d'éventuels accidents et à assurer un environnement plus sûr pour tous », peut-on y lire.

D'autres cas préoccupants en France

En 2018, quelques mois après le terrible effondrement du pont Morandi à Gênes (Italie), la ministre des Transports, Élisabeth Borne à l'époque, avait dressé une liste de ponts français présentant un état préoccupant (catégorie 3 et 3U), qui était au nombre de 23. L'exemple du Pont Saint-Ladre, à Crépy-en-Valois, n'est donc pas un cas isolé...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.