Eh non ! Le diesel n'est pas encore mort

A lire aussi

, publié le 21 juillet

Même si leurs immatriculations ont dégringolé de près de 60 points en 10 ans, les véhicules diesel ne sont pas encore morts. Elles restent encore très dynamiques, notamment sur le marché de l'occasion...

Ce n'est plus une surprise de dire que le diesel n'a plus la cote en Europe. Le scandale du Dieselgate en 2015, l'essor des voitures électriques et les restrictions de circulation toujours plus importantes (ZFE, Crit'Air, ZTL...), poussent depuis plusieurs années cette motorisation vers la sortie. Alors qu'il représentait plus de 70% des immatriculations de voitures neuves entre 2010 et 2013, le diesel s'est effondré à seulement 10,6% sur les six premiers mois de l'année 2023 (d'après une étude de PFA et AAA Data). Il était encore à 16,8% un an plus tôt, au premier semestre 2022...

L'hybride et l'électrique grimpent

Au contraire, les immatriculations de modèles hybrides et électriques ne cessent d'augmenter. L'essence reste loin devant avec 38% des immatriculations neuves, suivie par l'hybride à 31,8% et par l'électrique à 15,5%. Ces trois motorisations représentent désormais plus de 85% des voitures neuves vendues en France ! Cela signifie-t-il pour autant que le diesel est mort ? Pas vraiment.

Un sursaut du diesel en occasion

En occasion, le diesel séduit en effet toujours ! Même si les vignettes Crit'Air des modèles diesel anciens peuvent en dissuader certains, il reste un choix très intéressant pour ceux qui ne vivent pas à proximité de zones à faibles émissions. Moins cher à la pompe, plus robuste dans le temps et moins gourmand en carburant, il faut dire que le diesel a encore de solides arguments par rapport à l'essence. Sans parler du prix des modèles électriques neufs...

13 375€ en moyenne pour un véhicule diesel d'occasion

Ainsi et toujours d'après PFA/AAA Data, le diesel représente encore 53% des ventes de véhicules d'occasion au premier semestre ! Un sacré écart par rapport aux chiffres du neuf... D'après les chiffres communiqués par la plateforme leboncoin.fr, les recherches pour les diesels Renault et Peugeot étaient en hausse de 26,5% au mois de juin. En un an, les prix moyens en occasion pour un modèle de cette catégorie ont augmenté en moyenne de 9,3%, pour un prix moyen de 13 375€. Certes, sur le marché du neuf, le diesel semble condamné à mourir, mais sur celui de l'occasion, plébiscité par une grande partie des Français, tout cela est à nuancer...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.