Des députés veulent faciliter le passage et l'obtention du permis de conduire

A lire aussi

, publié le 1 mars

Le permis de conduire bénéficiera-t-il prochainement d'aides élargies et d'une accessibilité simplifiée ? Des députés de la majorité ont soumis une proposition de loi dans ce sens, qui sera débattue fin mars à l'Assemblée nationale.

C'est une proposition de loi qui pourrait faire grand bruit prochainement à l'Assemblée : une réforme importante du permis de conduire. Mais pas pour le pire, pour le meilleur ! Chaque année, environ 1,5 million de Français s'inscrivent pour le passer, faisant de lui le premier examen convoité en France (devant le Baccalauréat). Il est souvent considéré comme une étape obligatoire de la vie, symbolisant la prise d'indépendance et la liberté. Mais cette liberté a plusieurs limites, à commencer par son prix, élitiste.

Le prix, premier frein au passage de l'examen du permis de conduire

Le coût du permis de conduire est en effet estimé à 2 000€ en moyenne. Cela prend en compte l'inscription dans une auto-école, le passage du Code de la route, les heures de conduite et enfin l'inscription au permis lui-même. Avec en outre une moyenne de 29 heures de conduite pour l'obtenir, la facture peut rapidement grimper. En ville, une heure de conduite coûte en moyenne 50€, voire plus de 60 ou 70€ dans certaines villes plus huppées. Un tarif salé qui peut monter jusqu'à 65€ par heure à Boulogne-Billancourt et certaines autres villes plus aisées ! Pour freiner ces ardeurs du permis de conduire, des députés de la majorité veulent s'attaquer à son prix, mais aussi à ses conditions d'obtention, qui restent pour l'heure toutes aussi difficiles.

Clarifier les aides, simplifier le processus

La première étape du projet de Sacha Houlié et Aurore Bergé serait de créer une plateforme commune aux aides à l'inscription ou au passage du permis de conduire. Car il en existe beaucoup, mais elles sont la plupart du temps inconnues de leurs bénéficiaires, et donc trop peu sollicitées. Autre chantier : étendre le recours au compte personnel de formation (CPF) à d'autres catégories de permis. Pour l'heure, seul le permis B est éligible. Les députés souhaiteraient donc l'étendre au permis remorque (B96, BE), moto légère (A1) ainsi qu'aux voiturettes (B1).

Il serait aussi question d'offrir la possibilité d'utiliser le compte formation de ses parents pour financer son permis (ce recours est jusqu'à présent nominatif). Enfin, cette proposition de loi veut généraliser le recours à des agents du service public ou à des contractuels pour combler la pénurie d'examinateurs. Enregistrée fin janvier au Journal Officiel, cette « Proposition de loi visant à faciliter le passage et l'obtention du permis de conduire », sera débattue fin mars à l'Assemblée nationale.



Vos réactions doivent respecter nos CGU.