Artcurial : résultats Rétromobile 2019

Chargement en cours
Artcurial : résultats Rétromobile 2019
Artcurial : résultats Rétromobile 2019
1/6
© Motorlegend
A lire aussi

publié le 11 février

La vente aux enchères organisée par Artcurial Motorcars dans le cadre de la 44ème édition du Salon Rétromobile, s'est achevée sur un montant global de transactions s'élevant à 39 217 856 €, soit un résultat en hausse de 31 % par rapport à la vente 2018.

Un résultat dû en grande partie à la vente d'une Alfa Romeo 8C 2900 B Touring Berlinetta de 1939 considérée comme le modèle de production le plus rapide de l'entre deux-guerres, pour laquelle un collectionneur résidant aux États-Unis a dépensé 16 745 600 € (frais inclus).

Grâce à ce résultat, cette Alfa Romeo se place au troisième rang des véhicules d'avant-guerre les plus chers vendus aux enchères (et le 17ème rang des automobiles les plus chères vendues aux enchères, toutes catégories confondues).

Derrière cette vénérable Alfa Romeo, on trouve une Serenissima Spyder de 1966 qui participa aux 24 Heures du Mans 1966. Seuls deux exemplaires de ce modèle Spyder furent construits pour l'équipe Serenissima du Comte Giovanni Volpi, d'où son prix de vente exceptionnel de 4 218 800 € (trois fois son estimation de départ).

Un autre modèle Spyder, en l'occurrence une Porsche 550 A Spyder de 1957, a quant à lui été adjugé 3.3 millions d'euros, soit trois fois plus qu'un autre modèle Porsche : la Porsche 916 Prototype « Brutus » de 1971, adjugée pour sa part 953 600 €.

D'autres véhicules se sont évidemment également illustrés lors de cette vente Artcurial, dont une Mercedes SLR Stirling Moss Edition (2009) vendue 617 200 €, ainsi qu'une Ferrari 250 GT/L Lusso de 1964 pour laquelle un collectionneur a déboursé 977 440 €, ou encore des modèles de compétition tels qu'une BMW 635 CSI Groupe A de 1984 (220 500 €) et une Alpine A110 1800 GP4 Usine de 1973 adjugée 369 500 €.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.