Alpine : l'usine de Dieppe devrait bénéficier d'un sursis

Chargement en cours
Alpine : l'usine de Dieppe devrait bénéficier d'un sursis
Alpine : l'usine de Dieppe devrait bénéficier d'un sursis
1/2
© Motorlegend
A lire aussi

publié le 29 mai

Alors que Renault a confirmé un plan de restructuration impliquant la suppression de 15 000 emplois dans le monde, dont 4 600 en France, la fermeture de l'usine Alpine de Dieppe quant à elle un temps évoquée, n'aura finalement pas lieu.

Les 400 employés du site Alpine de Dieppe avaient ces derniers jours reçus le soutien de nombreux amateurs de la marque fondée dans les années 50 par Jean Rédélé, des fans inquiets du sort réservé au constructeur considéré par beaucoup comme faisant partie patrimoine national.

Le député communiste de Seine-Maritime, Sébastien Jumel, a expliqué à France Bleu Normandie qu'Alpine disposerait « d'un sursis de deux ans, peut-être trois », pour sortir de la crise, sursis auquel il faudrait selon lui associer de nombreux changements pour l'usine Alpine, et notamment viser d'autres territoires dans le cadre de sa commercialisation (l'Allemagne et l'Angleterre par exemple). Toujours selon Sébastien Jumel, le patron de Renault se serait « engagé à ce que nous puissions organiser une table ronde à partir de la rentrée pour discuter de l'après ».

La nouvelle usine Alpine de Dieppe inaugurée le 15 décembre 2017, accueille depuis la production de l'Alpine A110 dont 3 171 unités ont été vendues en France en 2019. Une production dont la cadence a été revue à la baisse en début d'année, pour passer de 15 à 7 voitures assemblées par jour.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.