80 km/h : une expérimentation peu concluante

Chargement en cours
80 km/h : une expérimentation peu concluante
80 km/h : une expérimentation peu concluante
1/3
© Motorlegend
A lire aussi

publié le 14 février

Le premier ministre Edouard Philippe continue de le marteler : le 1er juillet prochain, la limitation de vitesse passera de 90 à 80 km/h sur tous les axes bidirectionnels sans séparation médiane.

Mais les opposants à cette mesure ne décolèrent pas. L'association 40 Millions d'automobilistes s'est penchée sur les résultats de l'expérimentation préalable à la mise généralisation des 80 km/h.

Lancée en 2015 par le ministre de l'Intérieur de l'époque, Bernard Cazeneuve, cette expérimentation portait sur trois tronçons accidentogènes, mais ses résultats n'ont jamais été rendus publics...

40 Millions d'automobilistes a donc décortiqué les rapports d'accidents sur la période avant et pendant l'expérimentation (2012 à 2016) afin d'y voir plus clair : la mortalité a-t-elle baissé durant la phase de test ? Au final, les résultats sont peu concluants.

Si 2015, année de bascule (6 mois à 90 km/h, puis 6 mois à 80 km/h), a marqué un net fléchissement de l'accidentologie avec 16 victimes (1 tué et 15 blessés dont 7 légers), la tendance est repartie à la hausse en 2016 (32 tués et blessés, soit peu ou prou la moyenne des années 2012 à 2014). Dans tous les cas, l'échantillon apparaît peu représentatif.

Voilà qui incite certains députés et sénateurs à monter au créneau, dénonçant une mesure ressentie comme vexatoire. Trois d'entre eux, Michel Raison (LR), Jean-Luc Fichet (PS) et Michèle Vullien (UDI), sont même à l'origine d'une commission demandant le report de la mesure dans l'attente d'une étude plus convaincante. Pour l'instant, le gouvernement reste inflexible...

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU