80 km/h : une expérimentation peu concluante

Chargement en cours
80 km/h : une expérimentation peu concluante
80 km/h : une expérimentation peu concluante
1/3
© Motorlegend
A lire aussi

publié le 14 février

Le premier ministre Edouard Philippe continue de le marteler : le 1er juillet prochain, la limitation de vitesse passera de 90 à 80 km/h sur tous les axes bidirectionnels sans séparation médiane.

Mais les opposants à cette mesure ne décolèrent pas. L'association 40 Millions d'automobilistes s'est penchée sur les résultats de l'expérimentation préalable à la mise généralisation des 80 km/h.

Lancée en 2015 par le ministre de l'Intérieur de l'époque, Bernard Cazeneuve, cette expérimentation portait sur trois tronçons accidentogènes, mais ses résultats n'ont jamais été rendus publics...

40 Millions d'automobilistes a donc décortiqué les rapports d'accidents sur la période avant et pendant l'expérimentation (2012 à 2016) afin d'y voir plus clair : la mortalité a-t-elle baissé durant la phase de test ? Au final, les résultats sont peu concluants.

Si 2015, année de bascule (6 mois à 90 km/h, puis 6 mois à 80 km/h), a marqué un net fléchissement de l'accidentologie avec 16 victimes (1 tué et 15 blessés dont 7 légers), la tendance est repartie à la hausse en 2016 (32 tués et blessés, soit peu ou prou la moyenne des années 2012 à 2014). Dans tous les cas, l'échantillon apparaît peu représentatif.

Voilà qui incite certains députés et sénateurs à monter au créneau, dénonçant une mesure ressentie comme vexatoire. Trois d'entre eux, Michel Raison (LR), Jean-Luc Fichet (PS) et Michèle Vullien (UDI), sont même à l'origine d'une commission demandant le report de la mesure dans l'attente d'une étude plus convaincante. Pour l'instant, le gouvernement reste inflexible...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.