Orxa Mantis : cyber moto électrique indienne

Orxa Mantis : cyber moto électrique indienne©Orxa Energies, Media365
A lire aussi

, publié le 13 décembre

Équipée d'un moteur de 20,5 kW (27,5 ch) et 93 Nm et d'une batterie de 8,9 kWh, cette Orxa Mantis promet jusqu'à 221 km d'autonomie pour de moins de 4 000 € ! Mais il y a un hic...



Après 8 longues années de travaux, la start-up indienne Orxa Energies présente enfin son tout premier deux-roues : la Mantis ! Et le moins que l'on puisse dire, c'est que le look de cet engin est on ne peut plus désirable. C'est bien simple, on le croirait tout droit sorti d'un jeu vidéo futuriste à la Cyberpunk 2077. Et non content d'avoir le style d'une moto en provenance du siècle prochain, elle en a aussi la motorisation puisqu'elle carbure aux ions.

Jusqu'à 221 km d'autonomie pour cette Orxa Mantis !

Fermement attaché au centre de son cadre en aluminium, on retrouve une batterie de 8,9 kWh. Cette dernière alimente un moteur de 20,5 kW (27,5 ch) et 93 Nm de couple. Résultat, cette machine électrique équivalente à une 250 cc thermique revendique un 0 à 100 km/h chronométré en 8,9 s et une vitesse de pointe de 135 km/h ! Mais le plus impressionnant, c'est finalement son autonomie maximale qui grimpe jusqu'à 221 km avant de devoir faire le plein ! Pas mal pour une machine qui affiche 182 kg sur la balance. Une fois à plat, l'Orxa Mantis dispose d'une charge plus ou moins rapide pour passer de 0 à 80 % de niveau de batterie en 5 heures.

Un prix de départ avoisinant les 4 000 € ! Mais pas n'importe où...

En prime d'un style qui ne laisse pas indifférent, cette Mantis est également convaincante sur papier, surtout pour le prix qu'Orxa réclame afin de se procurer un exemplaire ! Cette machine électrique est en effet affichée à partir de 360 000 roupies, soit environ 4 000 € au taux de change actuel ! Le hic, c'est qu'elle n'est actuellement commercialisée qu'en Inde et que sa production sera dans un premier temps limitée à seulement 1 000 exemplaires... D'autres fournées devraient suivre dans les mois à venir, mais autant dire qu'on n'est pas encore près de voir rouler un tel engin dans l'Hexagone. Dommage, car rien que son look nous donne vraiment envie d'aller faire un tour à son guidon.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.