Kawasaki Ninja 650

Chargement en cours
1/9
© Kawasaki

, publié le 2 avril

Version carénée de la Z650, cette Ninja nous revient avec un nouveau look et plusieurs évolutions intéressantes.



La Z650 et la Ninja partagent le même moteur : un 649 cm3 développant 68 ch à 8 000 tr/min. Caractère, linéarité et allonge sont les maîtres mots de ce bloc, même s'il occasionne quelques vibrations au niveau des plastiques (contrairement à la Z). Il se veut fun et sa prise en main se révèle réellement bluffante : qu'il est bon de revenir à quelque chose d'exploitable et à échelle humaine, amplement suffisant pour le quotidien.

Antipatinage

Parmi les nouveautés, la nouvelle Ninja hérite du Kawasaki Traction Control (KTRC), un antipatinage paramétrable sur trois positions : off ou déconnecté, mode 1, qui est le mode « sportif » tolérant légèrement la glisse, et le mode 2, plutôt conçu pour les conditions délicates quand il faut assurer un maximum de motricité. C'est un élément supplémentaire en faveur d'un motard moins aguerri qui verra dans cet antipatinage un authentique allié.

Carénage

Pour 700 € et 6 kg de plus que la Z650, vous recevez un beau carénage, disponible en deux nouveaux coloris pour cette édition 2023 : une version Gris Matt (« Metallic Matte Graphenesteel Gray/Ebony ») ou pour 100 € de plus le Vert KRT-edition, aux couleurs du Kawasaki Racing Team. Du plus bel effet ! À l'instar de la Z, aux phares LED s'ajoutent les clignotants LED. Enfin, vous obtenez une expérience de conduite sensiblement différente, grâce à l'apport d'un guidon typé bracelet.

Maniable

Kawasaki a fait de l'excellent boulot en travaillant sur l'agilité de la moto : bonne répartition des masses, centre de gravité assez bas, angle de chasse restreint, empattement assez court et pneu arrière étroit sont autant d'éléments qui confèrent une maniabilité intéressante à cette 650. Sur les changements d'angle, l'ergonomie du réservoir (de 15 litres) autorise une bonne préhension de celui-ci, offrant au pilote la possibilité de se déhancher avec facilité en virage tout en se sentant soutenu !

Pas pour les grands

Les ingénieurs japonais entretiennent toujours une forme de déni vis-à-vis de notre situation en Europe, où les gens sont grands. Ils n'ont pas fait exception avec cette nouvelle Ninja, proposant au public une selle perchée à seulement

790 mm du sol et des pose-pieds placés suffisamment hauts pour nous offrir une position des jambes en crapaud. Bien que la selle soit confortable et permette une certaine mobilité sur la moto, il faudra penser à investir dans la selle haute qui fera gagner 30 mm.

Connectée

Côté connectivité, Kawasaki a intégré au tableau de bord une puce Bluetooth afin de permettre aux motards de pairer leur smartphone à leur moto. Via l'application « Rideology », il vous sera permis d'obtenir des informations sur votre Ninja comme la jauge de carburant, le compteur, le calendrier de maintenance, l'itinéraire, le régime moteur, mais aussi les notifications d'appel, texto ou éventuel courrier électronique reçus en cours de route.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.