Honda XL750 Transalp

Chargement en cours
1/9
© Honda
A lire aussi

, publié le 16 avril

Disparue des catalogues en 2013, la Transalp fait son grand retour ! Ce genre de trail est attendu par bon nombre de motards et nous allons vous raconter pourquoi.



Alignées en rang d'oignons, les Transalp 2023 nous attendent sous une pluie battante pour ce premier contact en terre d'Algarve. Peu importe, il me tarde de monter en selle sur cet engin légendaire qui a marqué de nombreuses générations de motards entre 1986 et 2013. Enrichie de multiples évolutions, la Transalp se dévoile à présent sous un jour nouveau avec un moteur bicylindre en ligne de 92 chevaux, en remplacement de sa motorisation en V de « seulement » 60 chevaux (50 pour la première version).

Partage de bons ingrédients

Le phare est emprunté à la CB500X et le moteur sort de la chaîne de montage de la CB750 Hornet. L'Africa Twin a également servi l'assemblage de cette Transalp. D'un point de vue esthétique, c'est une réussite. Elle affiche une ligne affinée tout à fait dans les normes actuelles avec une hauteur de selle de 850 mm accessible à tous (820 mm en option) et un poids de 208 kg. Normes européennes obligent, l'échappement est proéminent et, à mes yeux, mal placé en position basse.

Comme chez soi

Les pieds bien au sol, le guidon placé correctement pour une position « relax », il ne reste qu'à lancer le démarreur pour que l'échappement laisse filtrer une sonorité « bien comme il faut ». Autrement dit, ni trop ni trop peu comme l'exigent (malheureusement ?) les réglementations actuelles. Seul le levier de frein est réglable. Sur la gauche, le commodo offre plusieurs choix avec, notamment, cinq modes de conduite. Le paramétrage des fonctions demandera un certain temps d'adaptation. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué en y ajoutant ce « damné » joystick ? Heureusement, l'ensemble est malgré tout plus intuitif que sur l'Africa Twin.

Cool

Malgré la météo, j'opte pour le mode Sport. Quel que soit le mode sélectionné, la puissance reste à 92 chevaux et seule la délivrance se fait de manière plus ou moins directe. Pas de vibrations et, grâce aux bonnes reprises, j'atteins assez rapidement les 120 km/h sans devoir jouer du sélecteur à tout moment. Un shifter, comme plein d'autres choses sont en option. Mais est-ce bien utile ? Cette Transalp me remet en mémoire les voyages d'autrefois où la distance prévalait sur la vitesse. Dès lors, qu'importe de me faire dépasser par un engin plus sportif et plus rapide !? Sans être réglable, le pare-brise remplit son rôle et me protège efficacement tout en offrant une bonne visibilité.

Confortable

Délaissant le montage de pneumatiques de l'ancienne génération (700 cm3), Honda a opté pour une roue de 21 pouces à l'avant et 18 à l'arrière au lieu du tandem 19/17. Préférant même le montage de pneus à chambre en lieu et place des tubeless utilisés depuis des années. L'association de ces jantes à la suspension et ses 200 mm de débattement offrent un bon confort et une conduite précise. Le rembourrage de la selle vient encore contribuer à cette sensation de bien-être.

Esprit intact

Le soleil a pris la place des nuages. Je peux ainsi me laisser aller à quelques accélérations et freinages. Les routes empruntées ce jour-là ne me permettront pas de pousser cette Transalp dans ses derniers retranchements, mais est-ce bien utile avec pareil engin ? Pas vraiment. Je préfère donc « cruiser » gentiment entre 70 et 100 km/h en restant sur le 6e rapport, ce qui correspond tout à fait à l'esprit de cette moto imaginée par Honda dans les années 80.

Tout-terrain

Une petite incursion sur un chemin de traverse m'incite à débrancher l'ABS sur la roue arrière via le mode off-road, de quoi optimiser la motricité et le freinage sur ce type de terrain. La garde au sol offerte par les roues de 18 et 21 pouces est appréciable. Mais pour les accros aux sorties hors bitume, il ne faudra pas hésiter à cocher quelques options pour équiper leur Transalp d'un sabot moteur et de protège-mains.

De retour à l'hôtel après cet essai bien trop court, j'en profite pour constater que la béquille centrale est aussi en option, qu'il n'existe d'origine qu'un port USB, planqué sous la selle, à moins de lâcher quelques euros pour un deuxième au guidon. Idem pour la prise 12 volts. Quant au cruise control, il n'est tout simplement pas dispo ! Tout comme le DCT...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.