Un Pass Rail français pour favoriser la mobilité ?

, publié le 8 septembre

Après les annonces de Clément Beaune sur l'instauration d'un « Pass Rail », la France suit le modèle allemand en matière de mobilité. Une mise au vert illimitée et peu coûteuse, même si des interrogations restent en suspens.

Au début de la semaine, le président de la République, Emmanuel Macron, se disait favorable à la création d'un « Pass Rail » en France. Un dispositif important à la portée nationale pour permettre aux Français d'utiliser en illimité les transports en commun. Ce jeudi, le ministre des Transports, Clément Beaune a détaillé l'offre de mobilité qui pourrait voir le jour en 2024.

Objectif mobilité écologique

Comment favoriser les déplacements écologiques en France ? La solution est peut-être sur le point d'être trouvée. Actuellement, chaque région décide de mettre en place des offres de mobilité à des tarifs différents. Par exemple en Occitanie, les moins de 26 ans ne payent pas leurs trajets en TER. La mise en place du Pass Rail pourrait renforcer sur le plan national l'offre de déplacements via les TER, Intercités, métro, tram et bus. Sur le principe du modèle allemand, ce dispositif devrait coûter aux alentours des 50 € avec un usage illimité. Un abonnement pour tous, simple d'utilisation avec un but précis : encourager la multimodalité. Les Français pourraient délaisser leur voiture et voyager via d'autres modes de transport. Mais attention, rien n'est encore fait.

Des négocations à venir

Si l'idée paraît intéressante pour une bonne partie de la population, il faut encore que l'État négocie avec les présidents de régions, de métropoles et les maires. D'après les mots de Clément Beaune, « l'État mettra la main à la poche ». Une prise en charge totale, qui se doit d'être millimétrée car certaines régions ont déjà annoncé ne pas avoir les moyens de financer ce projet. Si le projet arrive à son terme, un autre problème sera à résoudre : les offres déjà en place dans les régions seront-elles supprimées au profit du Pass Rail ?

L'exemple allemand

Depuis le mois de mai, l'Allemagne en accord avec les Länder co-finance le « Deutschlandticket ». À 49 € par mois, ce ticket est disponible pour tout le monde. Ce projet coûte à l'État allemand trois milliards d'euros par an jusqu'en 2025. Au Portugal, une offre similaire a vu le jour début août. Le « National Train Pass » est valable pour les citoyens portugais, mais également les touristes européens. Si les TGV ne seront pas concernés par l'offre du Pass Rail, la France suit ses homologues et veut révolutionner les déplacements sur le territoire.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.