Mobilité douce

Transports Paris 2024 : Quelle accessibilité pour les personnes à mobilité réduite ?

Du 28 août au 8 septembre 2024, Paris continuera à vivre au rythme des compétitions avec le début des Jeux paralympiques.

La grande question des transports publics revient sur la table alors que les Jeux paralympiques de Paris 2024 débuteront à la fin du mois d'août. L'offre de déplacement de la capitale est-elle suffisante pour les personnes à mobilité réduite ? Si des taxis ont été commandés et qu'un plan de 1,5 millard d'euros a été débloqué pour l'accessibilité dans les gares notamment, des efforts sont encore à réaliser.

Paris, moins bien que Londres et Tokyo

La promesse de Paris était claire : offrir une accessibilité à tous les sites et gares ferroviaires les desservant. Actuellement, la ligne 14 du métro est la seule à offrir une accessibilité totale à tous les handicaps. À titre de comparaison, les Jeux olympiques de Londres (2012) possédait 29 % de stations accessibles à tous les types de handicap. En 2020 à Tokyo, cette part de stations accessibles grimpait à 92 %. Avec seulement 3,2 % de stations accessibles, la capitale parisienne montre ses premières limites.

Tram et bus comme solutions

Le tableau n'est pas totalement noir. L'accessibilité des arrêts de tram (100%) et de bus (81,3 %) à Paris intra-muros montrent que le réseau est en train d'évoluer positivement. On comptabilise 1 800 arrêts rénovés. Avec un recrutement massif de personnel et des voies réservées pour les transports en commun, Paris espère conduire les spectateurs sur les sites sans difficultés. Suffisant ?

Des défaillances encore nombreuses

Les questions sur l'accessibilité des personnes à mobilité réduite sont légitimes. À l'arrivée des Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024, le trafic sera perturbé. Pour les personnes à mobilité réduite, le combat est loin d'être gagné. L'exemple des ascenseurs publics confirment les doutes encore présents. D'après un test effectué par Le Parisien l'an dernier, 22 des 28 ascenseurs publics - qui relient une rue à une dalle piétonne - étaient défaillants. Vandalisé, tagué, ou en panne. Paris entre dans la dernière ligne droite pour se mettre au niveau. Le compte à rebours est lancé !

publié le 9 juin à 09h20, Thibaut Simon, Media365

Liens commerciaux