Quels moyens de transport utilisent les actifs français ? 

Quels moyens de transport utilisent les actifs français ? ©Shutterstock, Media365

, publié le 15 décembre

Le baromètre 2022 « Mobilité & entreprises » Alphabet France révèle les chiffres des modes de déplacement au travail des actifs français. L'heure est au bilan, après deux années perturbées par la crise sanitaire. 



Sans surprise, 75 % des actifs français questionnés utilisent principalement la voiture comme moyen de transport pour les trajets professionnels et les trajets domicile-travail. En 2017, ils étaient 81 % à s'en servir. Aujourd'hui, les chiffres stagnent par rapport à 2020 et 2021, deux années marquées par la crise du Covid. Mais les actifs français sont au cœur de la transition vers l'écomobilité. Outre l'automobile comme sujet principal, on constate un virage existant, mais encore timide, vers des alternatives « douces ». On nous apprend que 35 % des actifs utilisent des solutions classiques comme la marche, le vélo ou la trottinette notamment. Dans le même temps, 7 % se tournent vers la douceur électrique des déplacements avec une utilisation de vélos et trottinettes à assistance électrique.

Le chemin est encore long, mais Rome ne s'est pas faite en un jour. D'après les sondés, la voiture est utilisée pour sa rapidité et son autonomie, mais aussi par un manque de choix vers d'autres solutions de déplacement. 

Les entreprises, actrices de la transition vers l'écomobilité

59 % des personnes interrogées soulignent que leurs entreprises mettent en place des alternatives. En tête, ce sont les véhicules de fonction puis le remboursement des frais kilométriques, qui montrent la volonté de se tourner vers des trajets plus responsables. Viennent ensuite l'installation de borne de recharge à domicile ou sur le lieu de travail et la mise en place du covoiturage. La hausse des prix du carburant, combinée à la décision européenne d'arrêter la vente de véhicules thermiques dès 2035, obligent les professionnels à un consensus sur la question de l'écomobilité. D'après le baromètre, 42 % des actifs mentionnent le facteur écologique et 54 % le facteur économique dans le passage aux transports alternatifs. La conséquence directe de l'utilisation d'un certain type de transport est le bien-être au travail. 24 % estiment que la mobilité liée aux trajets professionnels a un impact négatif sur la qualité de vie au travail. Si une bonne volonté est mise de part et d'autre, le manque de possibilités d'adopter une solution alternative est criant. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.