Mobilité douce

Quelles sont les règles pour les piétons sur la voie publique ?

537 piétons ont perdu la vie en France en 2022. Un nombre en augmentation - 74 de plus par rapport à 2021.

La cohabitation entre les vélos et les véhicules motorisés sur la chaussée est souvent source de conflit. On en a déjà parlé. Mais qu'en est-il des piétons, plus vulnérables que les autres sur la route ? En France, selon les données de la sécurité routière, sur les 537 piétons tués en 2022, 99,8 % l'ont été par un véhicule motorisé. Le détail précise que 329 piétons ont été percutés par une voiture, 90 par des poids lourds, 69 par des véhicules utilitaires et 23 par des deux ou trois roues motorisés. Dans 80 %, les conducteurs étaient responsables de ces accidents.

Le vélo moins dangereux pour les piétons

Selon les données rapportées, on constate que les vélos sont moins impliqués dans les accidents de piétons par rapport aux véhicules motorisés. Malgré l'augmentation du nombre de cyclistes sur les routes, un seul piéton en 2022 a été tué par un cycliste. Pourtant, les communes ont durci leur réglementation des deux-roues. Des arrêtés interdisant la pratique du vélo même à faible allure dans certaines rues des centres-villes ont été mis en place. C'est le cas de plusieurs villes comme Lille, Dunkerque, Agen ou Niort. À Nice, le centre historique a même été fermé durant l'été aux cyclistes. Mais du côté des piétons, quelles sont les règles à respecter ?

Les piétons et leurs devoirs

Si on pointe du doigt certaines catégories d'utilisateurs, rappelons que les piétons, eux aussi, ont des devoirs en circulant sur la chaussée. L'une des premières règles à connaître concerne les passages piétons. Lorsqu'il en existe un à moins de 50 mètres, les piétons doivent l'emprunter. De plus, ils doivent marcher sur les trottoirs aménagés ou sur les bords de la route en restant vigilants. La traversée aux feux s'effectue lorsque le bonhomme lumineux vert s'allume et il est interdit de traverser une voie ferrée lorsque le signal rouge clignotant est actionné. En cas de non-respect de ces règles, un piéton peut recevoir une amende de première classe. De 4 à 38 € selon la nature de l'infraction commise. Vous ne pourrez plus dire que vous n'étiez pas au courant.

publié le 1 juillet à 05h00, Thibaut Simon, Media365

Liens commerciaux