Mobilité douce

Les Jeux olympiques de Paris 2024 vont-ils booster la pratique du vélo ?

La capitale parisienne pourrait profiter de l'arrivée des Jeux olympiques de Paris 2024 pour voir une hausse de la fréquentation des pistes cyclables.

Paris deviendra-t-il le « Amsterdam français » dans sa pratique quotidienne du vélo ? L'arrivée des Jeux olympiques de Paris 2024 pourrait fortement y contribuer. Avec des zones fermées à la circulation motorisée et une forte utilisation des transports en commun, le vélo a une belle carte à jouer cet été. En 1995, six kilomètres d'aménagement cyclable étaient comptabilisés dans la capitale. Aujourd'hui, elle en compte plus de 1 400 km (données de 2022).

Une évolution constante

Les vélos peuvent-ils prendre le pouvoir dans les rues parisiennes ? À Paris intra-muros, la tendance se confirme. La part du vélo représente 11,2 % contre seulement 4,3 % pour la voiture. Certes, c'est moins que la marche (53 %) et que les transports en commun (30 %), mais cette donnée montre que le deux-roues s'impose au fil du temps. La raison ? Les aménagements cyclables y sont pour beaucoup. En 2022, la fréquentation par jour sur les aménagements cyclables était de 1870 vélos (nombre par site de comptage). En 2019, ce nombre n'était que de 1092.

Paris joue la carte de la mobilité douce

Lors des Jeux olympiques de Paris 2024, des pistes spécifiques nommées « olympistes » seront en place. 72 km de pistes qui relieront les différents sites des compétitions. 10 000 places de stationnement vélos temporaires seront également proposées aux Franciliens et touristes à proximité des sites olympiques. Mais Paris ne s'arrête pas là pour garantir des Jeux durables et verts. 3 000 Vélib' débarqueront d'ici le 26 juillet - date de la cérémonie d'ouverture sur la Seine - tout comme les vélos en libre-service. Si les trottinettes électriques ont mis la clé sous la porte, les opérateurs, eux, n'ont pas disparu et ont obtenu l'aval de la Ville de Paris pour augmenter leur flotte de deux-roues électriques.

S'adapter

Vélo ou non, il faudra s'adapter lors de Paris 2024 et repenser ses déplacements. Pour certains, le vélo fait partie de leur quotidien. Pour d'autres, c'est un voyage vers l'inconnu. Touristes, spectateurs, résidants, commerçants, tous devront se mettre au diapason. Dans le 8e arrondissement de Paris, l'Hôtel San Régis et ses cinq étoiles se trouvent dans un périmètre « interdit aux véhicules motorisés ». Pour faire face à cet aménagement, l'établissement a mis à disposition de ses clients et de ses salariés des vélos électriques de la société Tim Mobilité. Une première pour ce lieu haut de gamme. Espérons que le vélo soit à la fête pendant ces deux mois de compétition.

publié le 30 juin à 09h20, Thibaut Simon, Media365

Liens commerciaux