Voitures électriques : Le Gouvernement français vise 800 000 ventes d'ici 2027

, publié le 14 mai

Ce lundi 6 mai 2024, Bruno Le Maire, ministre de l'Économie, a fait un point sur le marché automobile et les attentes de la France sur les ventes de véhicules électriques.

Pour se caler sur les attentes européennes en matière de voitures électriques de 2035, quand les ventes de véhicules neufs thermiques seront interdites - la France présentait ce lundi 6 mai ses ambitions avec la filière automobile. En 2023, le pays a enregistré 300 000 ventes de voitures électriques. Mais l'objectif 2027 est de multiplier ces ventes par trois pour atteindre 45 % de parts de marché.

800 000 ventes d'ici 2027

D'après les mots de Bruno Le Maire, la France veut accélérer sa transition vers l'électrique en trouvant des solutions par rapport aux difficultés du secteur. Malgré une légère baisse en Europe du marché des voitures électriques début 2024, le Gouvernement promet d'atteindre 800 000 ventes de voitures électriques d'ici la fin de l'année 2027. Le Gouvernement souhaite également vendre davantage de véhicules utilitaires légers 100 % électriques ou à hydrogène. L'objectif est de passer de 16 500 véhicules aujourd'hui à plus de 100 000 d'ici trois ans. Que ce soit du côté des particuliers ou des professionnels, la France met les bouchées doubles.

Maintenir les dispositifs d'aide

Ces ambitions ne se réaliseront pas sans un coup de pouce de l'État. Le maintien du bonus écologique ou du leasing social, qui doit revenir dès l'année prochaine, permettra d'aider les Français à se tourner vers des énergies renouvelables. « Le principal défi pour atteindre les objectifs fixés concerne l'accessibilité des véhicules à zéro émission au plus grand nombre », détaillent les signataires du contrat.

Augmenter les points de recharge

La multiplication des véhicules électriques sur les routes ne se fera pas sans un déploiement intense des bornes de recharge. La France a pour objectif d'atteindre les 400 000 points de recharge d'ici 2030. Un projet qui passe notamment par l'équipement en bornes des copropriétés. Enfin, la production de voitures françaises est attendue au tournant. Avec des modèles comme la Renault 5 ou la Peugeot 3008 fabriqués sur le territoire, l'État doit soutenir la filière pour favoriser le made in France. La baisse des impôts de production ou le fonds de soutien Avenir automobile font partie des promesses de l'État.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.