Suzuki Across

Chargement en cours
1/7
© Suzuki
A lire aussi

, publié le 28 octobre

Première Suzuki disponible en motorisation hybride rechargeable, l'Across est aussi le plus grand et le plus cossu modèle de la gamme. Que vaut ce SUV familial après une semaine à son bord ?



Depuis 2020, l'Across occupe le sommet de la gamme Suzuki en Europe. Un modèle alors bienvenu, qui permettait au 4e constructeur nippon de monter en gamme et de diversifier son portefeuille à moindre coût. Comment ? En nouant un partenariat avec Toyota (actionnaire à 4,9% de Suzuki) qui accouchait de deux nouveautés : le break Swace, basé sur la Corolla et l'Across, qui emprunte sa silhouette et sa mécanique au populaire RAV4. C'est donc normal si vous lui trouvez des airs de déjà vu, les deux congénères sont presque identiques. Mais, avant d'accuser Suzuki de flemmardise et de crier à l'affront (trop facile), sachez qu'en échange Toyota profite du savoir-faire de son concurrent en Inde (Suzuki y est le leader incontesté avec 54% de parts de marché) et en Afrique du Sud. Et Toyota gagne même au change, car il hérite de quatre modèles sur ces marchés ! Voilà pour le contexte qui permet de mieux comprendre d'où nous vient ce mystérieux Across...

Un RAV4 à la gueule d'ange

Si vous connaissez déjà le RAV4, vous ne tomberez pas de votre chaise en découvrant la robe de l'Across. De dos ou de profil, on lui retrouve les mêmes traits géométriques et les mêmes lignes hachurées que son cousin. Une silhouette costaude, qui cherche à donner des airs de vrai 4X4 : admirez plutôt ces passages de roues carrés ! On comprend que Suzuki n'ait pas voulu « dénaturer » le style du RAV4 : avec 1,02 million d'exemplaires vendus en 2022, il était tout simplement le modèle le plus vendu dans le monde ! Mais la marque se l'est tout de même approprié : sa face avant est moins torturée, grâce à une calandre qui a été élargie et des projecteurs effilés. C'est subtil, mais ces petites retouches l'adoucissent et gomment son visage de gros dur.  

Tout est de série

À bord, c'est du soigné, c'est du sérieux. L'unique finition Pack (le choix sera vite fait) propose une sellerie en cuir noir et rouge, des plastiques moussés au tableau de bord et sur les contreforts de porte. Ça aurait pu être un peu triste si des baguettes couleur alu et des surpiqûres en tissu rouge n'habillaient pas l'ensemble. L'instrumentation conducteur est 100% digitale, et l'écran central tactile qui s'étire sur 10,3 pouces est compatible Apple CarPlay/Android Auto, de série. On retrouve d'office aussi le régulateur adaptatif avec centrage de voie, la caméra de recul, les sièges avant et arrière chauffants, et le freinage automatique d'urgence. Niveau praticité, le coffre est dans la moyenne haute de la catégorie (490 litres), et dispose d'une banquette fractionnable 2/3-1/3 : nous y avons logé six planches de surf durant notre essaisur les routes d'Hossegor, pas mal du tout ! Comptez 59 290€ pour vous l'offrir (2 000€ moins cher qu'un RAV4 Lounge) : aucune option ou pack n'est proposé, mais les six livrées extérieures (blanc, gris, noir, bleu, rouge) sont toutes gratuites.

Hybride rechargeable : le meilleur des deux mondes

Sur l'aspect technique aussi, l'Across va à l'essentiel. Suzuki le propose en une unique motorisation hybride rechargeable : un 4 cylindres essence 2.5L de 185 chevaux (à l'avant), associé à un moteur électrique de 182 chevaux (à l'arrière). L'ensemble combine 306 chevaux, envoyés aux quatre roues par une transmission intégrale (la marque de fabrique de Suzuki !) qui gère intelligemment les passages 2X4/4X4 en fonction de l'adhérence ou du dosage de l'accélération.  Sur la route, c'est le meilleur des deux mondes. En conduite feutrée, le moteur électrique mène la danse, et la batterie de 18,1 kWh permet de tenir 75 kilomètres (98 km en ville). Parenthèse recharge : avec 6,6 kW de puissance acceptée, comptez 3h pour la recharger sur prise Wallbox, et environ 10h sur prise domestique.

Économe, avec ça

En comportement plus actif, le moteur électrique envoie immédiatement son couple aux roues, et le 4 cylindres n'a plus qu'à prendre le relai pour propulser la belle à 100 km/h en seulement 6 secondes. Au-delà de la satisfaction que cela donne en reprises, c'est surtout rassurant quand la route se veut plus sinueuse et oblige à une conduite dynamique. Car l'excellente répartition avant/arrière des masses, couplée à ce niveau de puissance, rive l'Across à la route. Dommage que la boîte de vitesse à variation continue (e-CVT) peine à passer les rapports quand on souhaite accélérer franco ! Bon, avec 5,5l/100km de conso moyenne, elle contrebalance largement l'appétit des 185 chevaux du moteur essence. En le quittant, on en vient à regretter que les hybrides rechargeables aient été exclus du bonus écologique...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.