Mazda MX-30 R-EV

Chargement en cours
1/7
© Mazda
A lire aussi

, publié le 4 novembre

La version R-EV du crossover électrique Mazda ne compte pas que sur ses batteries pour avancer. Il est donc relativement électrique, mais sa solution technique originale nous donne envie de dire qu'il est rotativement électrique.

Le jeu de mot vaut ce qu'il vaut, mais la solution technique est véritablement originale. Car sous le capot de ce MX-30, il y a une mécanique que Mazda refuse décidément de laisser tomber dans l'oubli : le moteur rotatif, aussi connu sous le nom de Wankel. C'est avec ce moteur que Mazda corrige une « lacune » de son MX-30 100% électrique : une autonomie de 200 km, très judicieuse d'un point de vue environnemental, mais trop faible pour convaincre le public, pour qui l'autonomie reste le problème numéro 1 de la voiture électrique. Chez Mazda, on a donc choisi de retirer la moitié des 35,5 kWh de batterie, pour les remplacer par un réservoir de 50 litres, et un Wankel de 830cc.

Une technologie à la croisée des mondes

Ce faisant, Mazda invente pratiquement un nouveau concept. Car ce Wankel n'ayant aucune fonction motrice, se contente d'alimenter le moteur électrique en courant. On ne peut donc pas parler d'hybride rechargeable au sens classique du terme. D'autre part, avec ses 50 litres, on ne peut pas qualifier le réservoir de « réserve d'appoint ». On n'est donc pas non plus dans le concept de la voiture électrique avec prolongateur d'autonomie. C'est une solution différente, par laquelle Mazda veut concilier efficacité énergétique et tranquillité d'esprit à l'usage. Pour ce qui est de la dernière partie, on y est, puisque l'autonomie totale dépassera aisément les 500 km lorsqu'on se lancera dans un voyage plus long que d'habitude.

Mi-électrique, mi-hybride

Pour ce qui est de l'efficacité énergétique, il y a autant matière à discussion que pour n'importe quelle plug-in ordinaire. Car en mode électrique, la conso se situe à 15-17 kWh/100km. Aujourd'hui, des voitures 100% électriques font mieux. En mode hybride, Mazda annonce un chiffre homologué de 1,0 l/100 km (CO2 : 21 g/km), mais notre essai de quelque 200 km montre une réalité de plutôt 4,5-5,5 l/100 km. Rien de  honteux, mais rien non plus d'extraordinaire. Cela dit, pour être honnête, nous n'avons guère retenu les 170 ch durant l'essai, pour deux raisons. La première est que nous avons régulièrement cravaché... pour le simple plaisir d'entendre cette sonorité si particulière du Wankel. La seconde est que ceci est une Mazda, avec tout ce que cela englobe de vrai plaisir physique de la conduite.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.