Le constructeur indien Tata lance une électrique à 12 000€ !

, publié le 5 février

Ce n'est pas parce que Tata Motors possède les marques premiums Jaguar et Land Rover qu'elle ne peut pas lancer de petits modèles accessibles : la Punch EV est un de ceux-là, et ses tarifs débutent à 12 000€ là-bas. La verra-t-on en France ?

Les projets de voitures électriques abordables, c'est-à-dire positionnées sous le seuil symbolique des 25 000€, occupent tous les constructeurs automobiles en Europe ces derniers mois. Pour concurrencer la Dacia Spring électrique, Citroën a répliqué en 2023 avec sa nouvelle génération de C3 électrique, ou « ë-C3 », accessibles à partir de 23 300€, bonus écologique non déduit. En attendant les futures Renault 5 E-Tech, Hyundai Casper, Volkswagen ID.2ou encore BYD Seagull, une autre marque vient à son tour de se lancer sur ce créneau. Et elle nous vient...d'Inde.

Tata Punch EV : une électrique à 12 000€ en Inde !

Si vous ne connaissez pas Tata Motors, c'est normal, la marque n'est pas distribuée en Europe. Vous connaissez en revanche deux de ses divisions : Jaguar et Land Rover, qu'elle avait rachetés à Ford en 2009. Son nouveau modèle électrique se nomme Punch EV, c'est un petit crossover de segment A (Dacia Spring, Volkswagen e-Up), commercialisé avec deux tailles de batteries, pour des autonomies électriques allant de 315 à 421 kilomètres. Largement suffisant, vu la densité du trafic indien et les difficultés à parcourir de longues distances dans le pays. Son équipement de série comprend une caméra 360°, un écran central de 10,25 pouces, un régulateur adaptatif, et des sièges ventilés à l'avant, notamment.

L'exception indienne

Mais c'est surtout son prix, très compétitif, qui en fait un modèle attractif : elle s'échange en Inde contre 10,99 lakhs, soit 12 000€ ! Qu'est-ce qui justifie un tel prix ? L'Inde a des coûts de production parmi les plus bas du monde : le coût salarial horaire est à moins de 10% de celui en France, d'après le magazine Challenges. Du fait des standards de sécurité largement moins contraignants en Inde qu'en Europe, c'est un modèle qui est aussi moins lourd, moins puissant, qui requiert moins de métal et de pièces coûteuses que ceux commercialisés en Europe. Les airbags, ABS et autres équipements électroniques comme l'ESP ne sont en outre pas obligatoires à bord des voitures indiennes, ce qui fait un surcoût en moins.

Un jour en France ?

La verra-t-on un jour en Europe, et en France ? Il y a peu voire aucune chance. Tata n'est pas présente sur le Vieux Continent, et on voit mal comment Jaguar et Land Rover, positionnés premiums, accepteraient de rebadger un tel modèle pour l'inclure à leur gamme. D'autant que sa commercialisation en Europe plomberait son tarif, sans parler du bonus écologique qui lui serait exclu si elle était produite et importée d'Inde... Même si, aujourd'hui, un tel tarif paraît inateignable pour les constructeurs européens, ils devraient s'inspirer de cette petite Tata pour développer des voitures électriques "au juste prix", sans fioritures ni équipements ou énièmes technologies superflues...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.