La première voiture électrique de fabrication russe prête à sourire

A lire aussi

, publié le 1 janvier

La NAMI, le centre de recherche polytechnique du Kremlin, a accouché d'une drôle de voiture électrique : l'Avtotor Amber, un modèle disgracieux à la croisée des mondes...

La Russie et l'automobile, ce n'est pas que Lada et Moskvitch , c'est aussi désormais Avtotor. À la demande du gouvernement qui souhaite pousser l'électrification de son marché, l'université polytechnique de Moscou a développé l'Amber, une voiture au physique, disons discutable...et discuté. Il faut dire que la voiture électrique ne représente qu'une part négligeable des ventes en Russie. Mais le Kremlin ne veut pas rater le train de l'électrification et a donc débloqué un budget colossal de 10,5 milliards de dollars pour la promotion de la voiture électrique. C'est dans ce contexte qu'a été développée cette drôle d'Avtotor Amber. Mais le chemin semble encore bien long avant la commercialisation annoncée pour 2025, où l'ambition est d'en commercialiser... 50 000 exemplaires.

Citadine, SUV, utilitaire ?

Il faudra d'ici là que des designers se penchent sur le projet, car pour l'heure le design est pour le moins particulier. Avec ces formes gonflées, ses petits phares ronds, ses jantes qui ont l'air écrasées sous le poids de la carrosserie, sa silhouette est tout sauf gracieuse. C'est simple, on se demande même en la voyant s'il s'agit d'une citadine pour la ville, d'un SUV ou d'un petit utilitaire familial. Ça n'a pas raté : l'Amber est devenue la risée des internautes, n'hésitant parfois pas à la qualifier de "voiture la plus moche du monde". Et n'espérez rien non plus de la partie technique, puisque cette petite voiture ne dispense que 5 chevaux pour atteindre 85 km/h maximum. Et son autonomie ne dépasse guère 100 km.

La révolution électrique en Russie devrait être Chinoise

Bref, il reste du pain sur la planche pour que la Russie émerge comme grand constructeur de voitures électriques. En attendant et depuis le départ des constructeurs automobiles occidentaux, ce sont les constructeurs chinois qui ont la plus grosse part du gâteau russe. D'à peine 10% en janvier 2022, la part de marché des voitures chinoises a grimpé à 55% en juillet 2023. En effet, plus d'une voiture sur deux vendue en Russie est désormais de marque chinoise. Quand on sait que les Chinois sont devenus les champions de l'électrique, on se dit que la révolution électrique en Russie sera surtout Chinoise, avant d'être Russe...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.