L'indium, la solution métallique pour recharger vos voitures électriques mieux, et plus vite ?

, publié le 4 mars

Des chercheurs ont trouvé un métal qui pourrait équiper les batteries au lithium, capable de recharger les voitures nettement plus rapidement, tout en préservant la durée de la batterie.

Et si vous rechargiez votre véhicule électrique en moins de cinq minutes ? C'est l'idée de certains chercheurs américains. Afin de travailler sur l'autonomie des voitures, des travaux sont en cours pour obtenir la meilleure formule de recharge. À l'université de Cornell, dans l'État de New York, une innovation pourrait tout changer. Un métal semi-conducteur nommé indium aurait la capacité de charger les batteries de manière ultra-rapide.

Le problème : la durée de recharge

La plupart des constructeurs le savent, l'autonomie n'est pas encore au point pour fidéliser l'entièreté des automobilistes à l'électrique. Selon les modèles, elle varie et évolue positivement, mais ne dépasse pas encore les 400 kilomètres en moyenne. De plus, la recharge est parfois longue et le réseau de bornes rapides et ultra-rapides représente moins de 10 % du total des bornes accessibles au public en France. Pour rappel, il faut se brancher en moyenne sur une borne avec une puissance de 150 kW pour gagner du temps. Même si les constructeurs recommandent de recharger son véhicule jusqu'à 80 % .

La solution : l'indium

Pour recharger les derniers 20 % d'une batterie, un métal du nom d'indium, gris brillant, qui se rapproche en termes de propriétés de celles de l'aluminium, pourrait représenter une solution. Actuellement, on trouve ce métal dans les panneaux solaires, les LED et les écrans tactiles de smartphones. Son utilisation est déjà présente sur le marché. En intégrant ce métal au lithium, la charge et le stockage de la batterie seraient plus importants. Également plus résistant, l'indium se détériore moins facilement lors des répétitions des cycles de charge et décharge. Une solution toute trouvée ! Oui, sauf qu'un « mais » existe !

Rare et cher...

Comme tout métal, l'indium n'existe pas en grande quantité. À l'état naturel, on retrouve ce métal surtout en Chine, au Canada et au Pérou. 16 000 tonnes, c'est la quantité estimée des réserves naturelles, ce qui ne fait pas beaucoup à l'échelle mondiale pour équiper les futures voitures électriques. Qui dit rare, dit cher évidemment. Cependant, les chercheurs sont optimistes quant à son utilisation dans le futur.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.